Les vocabulaires locaux du « patrimoine »

80179-1_Bondaz.indd

Julien Bondaz, Florence Graezer Bideau, Cyril Isnart, Anais Leblon (Eds.)

Les vocabulaires locaux du “patrimoine”. Traductions, négociations et transformations

Freiburger Sozialanthropologische Studien/Freiburg Studies in Social Anthropology/ Etudes d’Anthropologie Sociale de l’Université de Fribourg
Bd. 42, 2014, 232 S., 39.90 EUR, br., ISBN 978-3-643-80179-1

Le souci du « patrimoine » constitue aujourd’hui une activité universelle dont la diffusion est soutenue par les grandes organisations internationales. Elle produit chaque jour de nouveaux espaces de contacts entre les doctrines occidentales et le reste du monde. Mais que sait-on au juste des terminologies et des pratiques de conservation qui fonctionnent en dehors des canons occidentaux ? Ce livre s’attache à décrire et comparer les vocabulaires indigènes du « patrimoine », en montrant la diversité des conceptions locales et leur dialogue avec les politiques internationales. Se révèlent ainsi les ajustements et les oppositions linguistiques et pratiques que les acteurs activent, depuis leurs propres lieux, pour distinguer ces biens singuliers que nous appelons « patrimoine ».

Table des matières

Relocaliser les discours sur le « patrimoine »
Julien Bondaz, Florence Graezer Bideau, Cyril Isnart et Anaïs Leblon

Words for Expressing What We Care About The Continuity and the Exteriority of the Heritage Experience
Jean-Louis Tornatore

Reviving the Disagreement: A Debate on the Terminology of Intangible Cultural Heritage and the UNESCO 2003 Convention in the Arab World
Ismail Ali El-Fihail

Transformation et histoire pluriculturelle d’un patrimoine. L’exemple des collections africaines en France
Manuel Valentin

Subtiles divergences. Le patrimoine carioca entre « paisagem cultural » et « paysage culturel »
Véronique Zamant

Le transfert d’un standard international. Le patrimoine culturel immatériel vu par la France
Chiara Bortolotto

« Traditions vivantes », une catégorie bonne à penser ? Le cas de la Suisse
Florence Graezer Bideau

Une histoire de patrimoine à l’indonésienne. Le cas du wayang golek sundanais (Java Ouest)
Sarah Anaïs Andrieu

Du « PCI » au « finaa tawaa ». Ethnographie d’une traduction patrimoniale
Anaïs Leblon

Manifold “Barter”: Heritagization of Economic Exchange in the Argentinean Andes
Olivia Angé

Représentations linguistiques dans deux régions de Suisse romande (Jura et Valais). De la pratique du parler à la mise en patrimoine
Federica Diémoz et Aurélie Reusser-Elzingre

Lectures recommandées

  • Michael Wroblewski, March 2014, « Public Indigeneity, Language Revitalization, and Intercultural Planning in a Native Amazonian Beauty Pageant, American Anthropologist », Volume 116. Issue 1. pp. 65 – 80. 

ABSTRACT – According to its 2008 Constitution, Ecuador is a « plurinational » and « intercultural » state. In this article, I examine the creative expounding of constitutional plurinationality–interculturality by indigenous Kichwa activists in the city of Tena in the Amazonian province of Napo. Through a popular annual native beauty pageant, members of a rising, elite sector of professional indigenous intellectuals draw on the rhetoric of constitutional interculturality in order to establish a space for local Kichwa cultural and linguistic practices in the dominant sociocultural order. Meanwhile, these visionaries are working to inscribe new models of public Amazonian Indian identity and institute a controversial new code of cultural expression. Their intercultural code blends standardized Kichwa language and its inherent political ideologies with symbols of an essentialized gendered Amazonian Kichwa identity. This intercultural code is then presented to multiethnic audiences as the urban speaking mode of the new intercultural Indian. The popularizing of the intercultural code represents a profound reconfiguration of long-held ethnolinguistic categories and identities, challenging old dichotomies of « public » versus « private », « power » versus « purity », « dominant » versus « indigenous », and even « Spanish » versus « Kichwa » that have long characterized coding principles in popular ideologies. 

RESUMEN – Según la constitución de 2008, el Ecuador es un estado « plurinacional » y « intercultural ». Aquí investigo la interpretación creativo de plurnacionalidad–interculturalidad constitucional de activistas Kichwas en la ciudad de Tena, en la provincia amazónica de Napo. En un concurso popular de belleza nativa, miembros de un grupo exclusivo y creciendo de intelectuales indígenas usan el lenguaje de interculturalidad constitucional para establecer un espacio para la cultura y el idioma Kichwa en el esfero sociocultural. Entretanto, estos visionarios trabajan a crear modelos nuevos de la identidad indígena amazónica y instituir un código nuevo y controvertido de expresión cultural. Este código intercultural mezcla el Kichwa estandarizado y su ideología intrínseca con símbolos de una identidad Kichwa amazónica femenina de carácter artificial. Se presenta este código intercultural al público multiétnico como la habla de la indígena nueva intercultural. La publicación del código intercultural representa una reconfiguración profundo de las categorías etnolingüísticas y un reto de las dicotomías establecidas entre « público » contra « privado », « poder » contra « prided », « dominante » contra « indígena », y aún « Español » contra « Kichwa » que han caracterizado los principios lingüísticos en la ideología popular.

  • Gaetano Ciarcia, 2008, Mémoire de l’esclavage au Bénin, Gradhiva, n° 8.
  • Gaetano Ciarcia, 2013, « L’oubli et le retour. Figures d’une épopée mémorielle sur la Route de l’Esclave au Bénin », L’Homme, 206 : 89-120.
  • J. L. Austin, 1962, How to do things with words, Oxford, Clarendon Press.
  • L. Cuelenaere, 2013, «  Paradoxes of Belief as Perceived in the Uses of Creer, Creencia,and Criyincia in the Northern Bolivian Highlands  », Ethnohistory, 60 : 1, pp. 77-100.
  • M. Tabani, 1999, «  Kastom et traditionalisme : quelles inventions pour quelles traditions à Tanna, Vanuatu ?  », Journal de la Société des océanistes, 109 (2), pp. 121-131.
  • Vibrant – Virtual Brazilian Anthrology, Vol. 10, No. 1. Cette revue de l’Association d’Anthropologie brésilienne  a pour but de faire connaître les recherches en anthropologie faites au Brésil à ceux qui ne parlent pas, ou ne lisent pas, le portugais. Dans ce numéro, un dossier en anglais est consacré au patrimoine dans les musées.
  • Sabine Kradolfer, 2013. « GERMOND-DURET Céline, 2011. Banque mondiale, peuples autochtones et normalisation ». ethnographiques.org, Comptes rendus d’ouvrages [en ligne]. http://sogip.wordpress.com/2013/03/29
  • « Au-delà du consensus patrimonial », 2012. Civilisations. Revue internationale d’anthropologie et de sciences humaines. 61-1 : http://civilisations.revues.org/
  • Gaetano Ciarcia (dir.), 2011, Ethnologues et passeurs de mémoires, Paris-Montpellier, Karthala-Maison des sciences de l’homme de Montpellier. Compte-rendu de Julien Bondaz dans la revue Gradhiva, 17 , 2013 : 222-223 ; http://gradhiva.revues.org/2687. L’ouvrage a fait également l’objet d’un « débat » (de Chiara Bortolotto, Manon Istasse et Gaetano Garcia) publié dans la revue Civilisations, 2012, 61-1 : http://civilisations.revues.org/

  • Numéro spécial revue : Revista de Antropologia USP, « Effects of intellectual and cultural rights protection on traditional people and traditional knowledge. Case studies in Brazil ». http://www.revistas.usp.br/ra/issue/current
  • Andrello, « Rotas de Criação e Transformação » : ouvrage sur les narratives des amérindiens du Rio Negro (Amazonie, Brésil). On pourra notamment consulter l’article de Hugh-Jones sur l’écriture (Escrita na pedra, escrita no papel). Lire l’ouvrage en Pdf    capa narrativas