colloque/panel ACHS/FABRIQ’AM (04/06/2016): « Mise en patrimoine et recomposition de régimes de savoir »

Colloque ACHS/FABRIQ’AM

le 4 juin 2016

Reshuffling of knowledge and the making of autochthonous cultural heritage: ethnographical perspectives |

Mise en patrimoine et recomposition de régimes de savoir. Ethnographie
d’expériences autochtones.

Panel In : The Conference of the Association for Critical Heritage Studies (ACHS), Troisième Conférence bi-annuel, ‘Le patrimoine, ça change quoi ? / What does heritage change ?’

UQAM, pavillon J.-A. De Sève (DS),
Montréal, Canada

Programme et résumé : cliquer ici

La «mise en patrimoine» d’éléments culturels, matériels et immatériels, devient depuis plusieurs années l’un des moyens par lesquels les groupes amérindiens recherchent une visibilité et une reconnaissance dans un paysage social et politique marqué aujourd’hui dans la plupart des pays américains par une valorisation affichée de la diversité culturelle.
Les phénomènes de patrimonialisation culturelle, amplement étudiés ailleurs (surtout en Amérique du Nord) sont moins connus dans les espaces méso et sud-américains et encore moins chez les sociétés amérindiennes. Au sein de ces groupes, les conceptions de ce qui doit être conservé ou  oublié, les manières de transmettre les connaissances et les savoirs, les modes d’historicité semblent bien souvent aller à l’encontre de l’idée même de la patrimonialisation telle qu’on l’entend dans le monde eurocentré. Par ailleurs, à la suite des médiations et des formes d’inculcation de schèmes formulées en dehors des sociétés amérindiennes, celles-ci transforment aujourd’hui certaines de leurs pratiques en nouvelles formes plus objectivables pour l’extérieur et qui participent de modalités inédites de transmission aux nouvelles générations.
Les formes de transmission mémorielle des sociétés amérindiennes ont alors une double dimension. D’une part, elles se construisent dans une matrice culturelle et sociale locale qui leur est propre. D’autre part, elles sont aussi, pour beaucoup, désormais investies au sein d’un monde globalisé en tant que ressources mobilisables pour conforter une identité collective, voire de nouvelles formes d’indianité. L’analyse des configurations patrimoniales que l’on peut observer sur le terrain demande alors une élucidation de ces formes d’adaptation mais aussi la compréhension de la manière dont les acteurs indigènes ont su, en retour, se réapproprier un droit à construire un discours propre sur leur culture.
Ces thématiques ont été étudiées au sein du projet FABRIQ’AM. Cette session, qui se veut ouverte à d’autres contextes, sera l’occasion de présenter dans une visée comparative certaines recherches issues de ce projet ainsi que d’autres travaux réalisés sous cet angle concernant d’autres aires culturelles. Les communications s’attacheront à élucider, à partir d’études de cas finement ethnographiés, les processus de transformation suscités par «la mise en patrimoine» dans des sociétés culturellement et socialement minorisées à travers le monde. On s’intéressera notamment aux changements affectant les régimes de savoir, les régimes de temporalité et d’historicité ainsi que ceux concernant le devenir d’objets/artéfacts (de la sphère intime à l’artisanat touristique, du privé/secret au public…). À travers l’étude de la patrimonialisation culturelle, prise comme révélatrice de jeux d’acteurs, de stratégies de définition de soi et de construction du politique, l’enjeu est d’aborder les modalités de l’insertion dans la modernisation des sociétés étudiées et leur capacité à l’investir, en mettant au jour les formes de cohabitation et de composition de régimes de savoirs et d’historicité.

Org. : Anath Ariel de Vidas et Valentina Vapnarsky.