FABRIQ’AM

La fabrique des « patrimoines » :
Mémoires, savoirs et politiques en Amérique indienne aujourd’hui

Programme de recherche financé par l’ANR (2013-2016)
(Projet ANR-12-CULT-005 : Programme SOCIÉTÉS – “ÉMERGENCES ET ÉVOLUTION DES CULTURES ET DES PHÉNOMÈNES CULTURELS”, 2012)

Español   English   Português

(Cliquez sur les images pour agrandir)

Le projet Fabriq’am Populations ÉTUDIÉES
poster-3-le-projet-fabriqam poster-1-populations-etudiees
Journées d’étude Quelques Fabri’cas
poster-2-journees-detudes poster-4-quelques-fabricas

RÉSUMÉ DU PROGRAMME SCIENTIFIQUE :

Mise en patrimoine et recomposition de régimes de savoir

En Amérique latine où le multiculturalisme et la gestion des identités indigènes constituent un enjeu politique majeur, au point d’infléchir les modes de gouvernance à l’échelle locale, les populations amérindiennes se trouvent contraintes de mettre en avant des caractéristiques ethniques ou culturelles pour se positionner sur l’échiquier national.
Alors que pour participer à la vie citoyenne, les populations amérindiennes doivent ainsi faire appel à des traits culturels qui les caractériseraient, elles rencontrent dans cette interaction une compréhension externe décalée, voire antinomique, de leurs cultures et de leurs personnes. D’une part, le rapport au passé à inventorier, à remémorer et à reproduire, tel qu’il est véhiculé institutionnellement, se distingue des conceptions autochtones de ce qui doit se conserver ou s’oublier, des manières de transmettre les connaissances et les savoirs, ainsi que des modes d’historicité. D’autre part, les formes de transmission mémorielle au sein des groupes amérindiens sont aussi, pour beaucoup, désormais investies au sein d’un monde globalisé en tant que ressources mobilisables pour obtenir des droits, conforter une identité collective, voire de nouvelles formes d’indianité.
Le projet cherchait à saisir comment s’expriment et s’articulent les manières subjectives dont les sociétés amérindiennes étudiées conçoivent leur rapport à l’histoire et au temps, dans et en deçà de l’interface avec la société hégémonique qui leur impose les termes de leurs cultures.

Une approche par l’ethnographie d’expériences autochtones

Les chercheurs rassemblés dans ce projet étaient engagés de longue date sur les terrains étudiés, et pour la plupart ils ont assisté à l’émergence de l’objet « patrimoine » au cours de leurs enquêtes. Cela leur a permis de proposer une mise en perspective temporelle des constructions patrimoniales et d’engager une analyse des contextes de ces processus, en amont et en aval. Une trentaine d’études de cas ont été menées selon une approche processuelle et comparative abordant la patrimonialisation par les questions des transmissions mémorielles et des savoirs, rattachées à des processus historiques. Ces recherches ont montré comment et dans quels contextes les différents dispositifs locaux, d’ordre politique, identitaire et relationnel, intra et interculturels, sont déployés pour répondre (ou non) aux politiques patrimoniales.

Résultats

Ces analyses ont exposé la capacité réflexive des sociétés étudiées dont la culture, dorénavant reconnue, devient un enjeu politique et/ou économique. À la logique locale de ce que l’on est s’ajoute alors – de manière simultanée mais souvent différenciée – une logique patrimoniale de ce que l’on a. Ni culturalisme angélique ni essentialisme stratégique, l’étude de la mise en patrimoine en milieu amérindien a permis de saisir le réinvestissement local dans le domaine de la culture comme enjeu social et politique majeur ancré dans la modernité.
Le terrain de la patrimonialisation s’est avéré une arène où s’exposent, dans un rapport de force asymétrique, des visions idéologiques distinctes sur la façon dont les différences culturelles doivent être affirmées et reconnues et sur ce qui constitue, en dernière instance, la différence.

Production scientifique

Les résultats de cette recherche ont été échafaudés au fil d’un atelier de démarrage ouvert, et d’un autre de finissage interne, de six journées de présentation des travaux menés par les membres du projet et, par la suite, de 20 journées d’étude qui ont suivi les axes de recherche du programme. Ces activités collectives ont produit finalement 40 publications internationales et 40 en France (ouvrages, numéros spéciaux de revues, articles, chapitres de livres), 49 communications internationales et 173 en France, trois colloques internationaux, quatre films (certains encore en préparation) et cinq conférences de divulgation scientifique. (Voir la liste des publications actuelles)